Soudan: à El Fasher, l'augmentation du prix du pain angoisse les populations

·2 min de lecture

Au Darfour, la ville d’El Geneina est toujours bloquée. La capitale du Darfour Ouest est sous la pression de tribus arabes alors que la province soudanaise subit une forte instabilité depuis quelques mois. Des violences, avec en toile de fond, une crise économique et notamment une inflation qui touche tous les secteurs. Celui du pain, central dans l’alimentation au Darfour, est particulièrement touché. Reportage dans une boulangerie de la grande ville d’El Fasher.

Avec notre envoyé spécial à El Fasher, Sébastien Németh

Les clients ne se pressent pas devant cette boulangerie du centre d’El Fasher. Les prix du pain en dissuadent beaucoup. Ibrahim Yusuf est quand même venu faire ses courses : « Dans le temps il y avait de longues files d’attente, car les prix étaient raisonnables. Maintenant qu’il y a une inflation, les gens ne peuvent plus venir. Pas parce qu’ils ne veulent plus de pain, mais parce qu’ils ne peuvent plus en acheter. »

De moins en moins de subventions

À l’intérieur, Hussein Ahmad Djibril prépare les prochaines fournées. Le boulanger explique qu’à cause de la crise, le gouvernement subventionne de moins en moins de produits. Il ne peut désormais que compatir avec ses clients : « En un an, les prix ont doublé. L’inflation se retrouve dans tous les ingrédients. Ça veut dire qu’on doit vendre plus cher. On n’augmente pas par plaisir. Il y a des familles de dix enfants pour qui le pain leur est devenu inaccessible. Ils ne mangent plus qu’un repas par jour. »

Le pain, du luxe ?

Le pain serait-il devenu un aliment de luxe ? Un comble pour un élément si central dans la cuisine soudanaise. Ibrahime Arhazine se sent privilégié d’avoir pu en acheter deux sacs : « Moi j’ai un commerce, donc je peux payer. Je suis Darfouri. J’ai déjà connu la guerre, les violences, cette inflation s’ajoute au reste et rend la vie très difficile. Et même si j’arrive encore à survivre, on ressent une pression constante. La révolution n’a rien changé dans l’économie. »

La désillusion économique de la révolution. Un sentiment palpable dans la société soudanaise dont les manifestations de colère contre l’inflation sont désormais quasi quotidiennes.

À lire aussi : Soudan: à El Fasher, capitale du Darfour Nord, la population désemparée face à l'insécurité