«Je me suis soudainement sentie vulnérable» : en Louisiane, les femmes se préparent à l’interdiction totale de l’IVG

En Louisiane, les pro-IVG  se préparent à fermer les trois cliniques en activité dans le sud de l’État. Ils attendent de savoir si un juge bloque ou autorise la nouvelle loi sur l’avortement. Ce jour-là, aucun avortement n'est programmé. La clinique est fermée, mais les barreaux aux fenêtres reflètent la violence qui se déroule quasi quotidiennement dans ce quartier populaire de La Nouvelle-Orléans.

"J'avais l'impression qu'on me dévisageait parce que j'étais une femme"

"Emmy représente une équipe traumatisée par la décision de la Cour suprême. "Quand l'annonce est tombée, il y a eu beaucoup de larmes", confie-t-elle sur Europe 1. "Personnellement, j'ai pleuré. Je me suis soudainement sentie vulnérable comme cela ne m'était jamais arrivé. J'avais l'impression que l'on me dévisageait parce que j'étais une femme ici".

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Beaucoup de personnes se sont soudainement réveillées"

Seules trois cliniques proposent encore des IVG en Louisiane. 7.000 personnes ont pu y avorter l'an dernier. Si la nouvelle loi entre en vigueur, l'État sera l'un des plus isolés du pays. Il faudra voyager des centaines de kilomètres pour pouvoir avorter. "J'ai l'impression que beaucoup de personnes qui étaient à l'écart sur cette question de l'avortement se sont soudainement réveillées. J'ai parlé à des amis qui sont très inquiets pour leur fille et qui envisagent de quitter la Louisiane", poursuit Emmy.

Une partie du personnel va d'ailleurs déménag...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles