SOS Racisme porte plainte contre Zemmour, qui lie (encore) immigrés et délinquance

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Eric Zemmour photographié lors de son meeting à Cannes le 22 janvier.   (Photo: Eric Gaillard via Reuters)
Eric Zemmour photographié lors de son meeting à Cannes le 22 janvier. (Photo: Eric Gaillard via Reuters)

POLITIQUE - Condamné pour provocation à la haine, Éric Zemmour remet une pièce dans la machine. Ce mercredi 26 janvier sur Public Sénat, le candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle a affirmé qu’il n’y aurait “quasiment plus” de délinquance si “l’immigration zéro” était instaurée.

“C’est-à-dire? Il n’y a que des immigrés qui sont délinquants dans ce pays?”, a relancé la journaliste. Réponse, sans détour, du fondateur de Reconquête!: “Oui. En tout cas, des immigrés ou des enfants d’immigrés”. L’ancien journaliste du Figaro a insisté en affirmant que “la délinquance folle” était “la conséquence d’une immigration folle”, et a évoqué le cas du Japon pour appuyer sa thèse.

Des propos qui ont naturellement fait bondir SOS Racisme. “Au-delà du caractère évidemment faux du lien entre présence d’immigrés et importance de la population carcérale, ces propos sont clairement racistes. Ils ressemblent d’ailleurs beaucoup à ceux qu’avait prononcés Éric Zemmour en 2010 et qui avaient fait l’objet d’une condamnation pour ‘provocation à la discrimination raciale’”, dénonce l’association, en référence à la sortie du polémiste sur le plateau de Thierry Ardisson en 2010, lorsqu’il avait affirmé que “la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait”.

“Les propos tenus ce jour, par leur évidente violence, ne peuvent rester sans suite. Si les journalistes de Public Sénat ont parfaitement tenu l’antenne en contestant la dimension fallacieuse du raisonnement d’Éric Zemmour, nous attendons de la justice qu’elle condamne fermement ces propos haineux”, poursuit SOS Racisme, précisant déposer une plainte auprès du parquet de Paris pour diffamation raciale et provocation à la haine raciale.

Alors que ses propos provoquent un tollé, Éric Zemmour s’est justifié sur Twitter, en affirmant que son analyse était “statistiquement incontestable”. Le polémiste en veut pour preuve les données collectées par le service statistique du ministère de l’Intérieur (SSMSI), que son équipe a compilé dans des graphiques réducteurs et sans prendre en compte l’avertissement émis par l’émetteur de ces chiffres, qui invite à les interpréter “avec prudence”.

Et pour cause, “parmi les mis en cause identifiés comme étrangers dans le cadre de cette étude, certaines personnes peuvent aussi disposer de la nationalité française et inversement. Par ailleurs, l’identité, la nationalité et l’âge des mis en cause ne peuvent pas être systématiquement vérifiés par les services de police et de gendarmerie en début de procédure, faute de disposer de pièces d’identité sécurisées ou en l’absence de toute pièce d’identité”, prévient le SSMSI.

Selon ce même rapport, 38% des mis en cause dans des vols violents sans armes sont de nationalité étrangère alors qu’ils représentent 7% de la population. En outre, les personnes mises en cause pour des cambriolages, 66% sont de nationalité française, 23% sont issues d’un pays d’Afrique et 8% sont issues d’un autre pays européen. Pour autant, tous ces chiffres, y compris ceux présentés a posteriori par Éric Zemmour, ne répondent pas à la deuxième assertion du candidat nationaliste, portant sur les “enfants d’immigrés”.

Et pour une raison simple: les statistiques ethniques qui permettraient d’isoler les “enfants d’immigrés” sont interdites en France.

À voir également sur Le HuffPost: Le déplacement de Zemmour à Calais ne s’est pas fini comme prévu

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles