SOS Méditerranée demande l'aide de la France, l'Espagne et la Grèce pour débarquer 234 personnes

L'association européenne SOS Méditerranée en a appelé jeudi pour la première fois à la France, l'Espagne et la Grèce pour l'aider à trouver un port sûr pour débarquer 234 personnes, des migrants rescapés accueillis sur l'Ocean Viking, avant que la météo ne se dégrade.

L'ONG de secours en mer redoute "un vent fort, de hautes vagues et une baisse de température d'ici la fin de la semaine", ajoutant dans un communiqué publié jeudi que "les provisions commencent à manquer" à bord.

Depuis son premier sauvetage le 22 octobre, SOS Méditerranée a sollicité, comme à son habitude et conformément au droit maritime, les autorités de la zone de recherche, en Libye et à Malte, sans obtenir de réponse, a indiqué à l'AFP la directrice et cofondatrice de l'ONG, Sophie Beau, par téléphone jeudi.

Elle a ensuite sollicité l'Italie, mais le récent changement de gouvernement à Rome, et les déclarations antimigrants de ses dirigeants, ne laissent que peu d'espoir d'obtenir un feu vert.

"Le ministre de l'Intérieur a visé l'Ocean Viking dans ses déclarations", rappelle Sophie Beau. Matteo Piantedosi a en effet annoncé avoir émis une directive avertissant les forces de police et les autorités portuaires que son ministère envisageait une interdiction d'entrée dans les eaux territoriales du navire affrété par SOS Méditerranée et du bateau allemand de l'ONG SOS Humanity.

Jeudi, les deux navires n'avaient pas reçu de communication officielle sur une telle décision, mais "ils sont néanmoins confrontés à un blocage total en haute mer et à une interdiction implicite d'entrer dans les ports italiens", a détaillé SOS Méditerranée.

L'ONG s'est alors tourné vers les autorités maritimes de la France, de l’Espagne et de la Grèce, "qui sont les plus à même d'apporter leur assistance, de faciliter la désignation d’un port sûr".

"C'est la première fois qu'on les sollicite", a expliqué Mme Beau, qui précise que la demande a été faite mercredi soir. Jeudi à la mi-journée, SOS Méditerranée n'avait reçu aucune réponse.

La directrice a insisté: "On ne demande pas à la France de nous ouvrir un port, mais de nous aider à trouver une solution", en priorité en Italie ou à Malte, les Etats les plus proches de l'Ocean Viking, actuellement au sud de la Sicile.

Depuis le début de l'année, 1.765 migrants ont disparu en Méditerranée, dont 1.287 en Méditerranée centrale, la route migratoire la plus dangereuse au monde, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

jp/iw/hj