Quand sortirons-nous du dogme bête et méchant des sacro-saints protocoles à appliquer ?

·1 min de lecture

"Peu importent les renoncements, les contradictions, les sottises, et même les reculs civilisationnels qui naissent de l’application bête et méchante du sacro-saint protocole. L’important c’est de l’appliquer", s'agace notre chroniqueur David Desgouilles.

Sommes-nous encore une nation civilisée, un peuple civilisé, une société civilisée ? On est en droit de se poser la question en lisant la tribune de Laurent Frémont dans les colonnes de Marianne, en écoutant son témoignage sur l’antenne de CNews, en assistant au combat vain de Stéphanie Bataille, fille de l’acteur Etienne Draber, mort du Covid-19 dans la solitude.Aujourd’hui, en France, la sixième puissance mondiale, dans un pays où le " progressisme " est érigé en étalon du Bien, on empêche des mourants d’être visité par leurs proches. Aujourd’hui, en France, cette société avancée, on interdit les soins funéraires sur les personnes dont on décide, parfois arbitrairement, qu’elles sont mortes de la Covid-19. On les glisse nues dans des housses et on les soustrait à la vue de leurs familles et de leurs amis, privés du droit de leur dire un dernier adieu. Aujourd’hui, en France, le pays des droits de l’Homme, on bousille à jamais le deuil de centaines de milliers de personnes et on fabrique des bombes psychologiques à retardement.Protocoles partout…Où sont les signes de la puissance mondiale quand on se comporte ainsi ? Où sont le progressisme et la société avancée ? Où est le pays des droits de l’Homme ? Nulle part...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Au cœur de l'Italie, la petite République de Saint-Marin achète le vaccin Spoutnik V

Télétravail : quand les réunions en visio trahissent les inégalités sociales entre salariés

Mawda, Conner... : quand la gauche fuit la question de la responsabilité individuelle

De la plume à la fourchette : quand les écrivains passent à table

Télétravail : quand les entreprises sucrent les chèques-déjeuners des salariés