Cette sortie d'Aurore Bergé sur les Français et le travail passe mal

Anthony Berthelier
French La Republique En Marche (REM) party Member of Parliament Aurore Berge poses during a photo session in Paris on January 8, 2018. / AFP PHOTO / JOEL SAGET (Photo credit should read JOEL SAGET/AFP/Getty Images)

POLITIQUE - Travailler plus pour partager plus. Interrogée par le Journal du Dimanche, la députée LREM Aurore Bergé défend la proposition de son parti “d’une nouvelle journée de solidarité pour financer la prise en charge de la dépendance et du grand âge.”

Elle se dit même “persuadée que les Français sont d’accord pour travailler plus si on explique que 100 % des recettes de la journée de solidarité sont consacrées à la baisse de leurs impôts ou au financement des Ehpad”. Une citation reprise tronquée par le JDD en titre de l’interview, qui provoque l’exaspération d’une partie de la classe politique. 

La tête de liste de la France insoumise pour les Européennes Manon Aubry a par exemple fustigé la proposition de la députée, estimant qu’elle n’avait pas “du rencontre beaucoup de Français.” “C’était bien la peine de faire un grand débat pour en sortir ce genre de conclusions”, a-t-elle tempêté en partageant l’article de l’hebdomadaire titré “Aurore Bergé: ‘Je suis persuadée que les Français sont d’accord pour travailler plus.’”. Article repartagé par la première concernée sur son compte Twitter.

Dans le même temps, le parti communiste s’est publiquement demandé “sur quelle planète habite Aurore Bergé?”, en relayant également l’interview. Pour le sénateur Fabien Gay, “la déconnexion est totale.” “On va donc proposer aux Français de ‘mourir au travail’ pour répondre au mouvement social. Chapeau les artistes!”, s’est-il indigné. Même chose pour la porte-parole du parti socialiste Gabrielle Siry.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post