Sortie de crise : une majorité de Français favorable à une taxation des plus hauts revenus

·1 min de lecture

Dans un sondage OpinionWay pour "Les Echos" publié ce mardi 20 avril, 72% des Français se disent favorables à une taxation sur les plus hauts revenus pour financer la relance de l'économie. Cette approbation s'étend sur l'ensemble du spectre politique.

Toutes les hausses d'impôts ne seraient donc pas impopulaires. Dans un sondage OpinionWay pour Les Echos publié ce mardi 20 avril, 72% des Français se disent favorables à une taxation sur les plus hauts revenus pour financer la relance après la crise sanitaire. Un telle hausse de prélèvements obtient même une majorité de soutiens sur l’ensemble du spectre politique. Les sympathisants des Républicains apparaissent ainsi comme les moins enthousiastes, avec tout de même 59% d’approbation, tandis que les deux tiers des proches de la majorité LREM s’y disent favorables. Ce levier est d’ailleurs privilégié à d’autres instruments de financement : 60% des répondants approuvent un grand emprunt national, qui verrait les citoyens prêter directement des subsides à l’Etat, et seulement 20% souhaitent la mise en place d’un impôt exceptionnel sur l'épargne.Cette mesure trancherait avec les orientations adoptées depuis le début du quinquennat Macron. Car la politique fiscale du gouvernement a jusque-là fortement profité aux plus riches : la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) et la réforme de l’impôt sur les revenus du capital ont ainsi rapporté 1.400 euros en moyenne aux 5% des plus aisés en 2018, selon une estimation de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Comment authentifier un chef-d’œuvre ? Un nouveau Raphaël sort de sa cachette

Confinement : quand la justice remet en cause l'obligation d'une attestation de sortie

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

Covid-19 : face à un virus parti pour rester, l'UE peine à trouver sa stratégie de sortie de crise