Cette sortie de Bernadette Chirac sur la santé de son mari qui a choqué ses proches

On ne peut pas être une femme bafouée toute sa vie et restez de marbre. Bernadette Chirac en est le parfait exemple. Trompée, trahie, mise de côté, l'ex-Première dame n'a pas eu une vie sentimentale aisée. Même si le tempérament de Jacques Chirac n'a jamais été un secret pour personne, depuis sa mort survenue le 26 septembre à l'âge de 86 ans, sa vie sulfureuse et son addiction aux femmes se sont imposés sur la place publique, au grand dam de Bernadette qui se serait bien passée de ces nouvelles humiliations.

Avoir un tel "séducteur" comme mari aurait pu détruire n'importe quelle femme, mais pas Bernadette, même si sa vie de couple a dû être un long calvaire - entre jalousies et trahisons -, elle s'est toujours accrochée et battue pour son homme, tantôt en jouant la carte de l'humour, tantôt, il est vrai, en étant quelque peu méchante, et même parfois, cruelle, à l'instar de ces petites phrases assassines qu'elle pouvait facilement lâchées en société à l'encontre de son mari.

Dans l'ouvrage Les Chirac : Les secrets du Clan, écrit par Béatrice Gurrey et publié en 2015 aux éditions Robert Laffont, l'auteure revient sur un événement qui s'est déroulé quelques années après les douze ans de présidence chiraquienne, alors que l'ancien chef d'Etat était déjà vieillissant et malade, l'isolement social assombrissant encore un peu plus cette retraite imposée et mortifère. La scène se passe fin octobre 2012 à La Gazelle d'Or, un luxueux hôtel marocain situé à Taroudant, propriété de Rita Bennis

Retrouvez cet article sur GALA

Cette phrase de Bernadette Chirac cruelle pour son mari qui a choqué Roselyne Bachelot
Bernadette Chirac : cette "seconde famille" qui l’a épaulée aux obsèques de son mari
Comment Bernadette Chirac a fini par se venger des infidélités de son mari
VIDÉO - Bernadette Chirac ironise sur les infidélités de son mari : beaucoup de femmes “ont voulu le faire déraper”
Hasard ? C’est Bernadette Chirac qui a choisi le mari de Jacqueline Chabridon, son ex-rivale, comme médecin