Elle sort son album de piano à 103 ans !

Eric Bureau

Pianiste parisienne, Colette Maze sort à 103 ans révolus son quatrième disque, qui célèbre le 100e anniversaire de la mort de Claude Debussy. Nous l’avons rencontrée.


Colette Maze n’aurait jamais osé nous écrire. Alors, c’est son fils Fabrice qui l’a fait. Une lettre pour nous dire que sa pianiste de mère sortait son 4e disque, en grande partie dédié à Claude Debussy, mort il y a tout juste 100 ans. Et que, pour la petite histoire, elle avait 103 ans…

Formidable hasard, Colette Maze vit depuis plus de cinquante ans l’immeuble voisin de celui du Parisien, dans le XVe arrondissement ! Un appartement où, en guise de chats ou de souvenirs, elle vit entouré de pianos. Dans l’entrée, un dulcitone - petit piano qui pouvait être transporté dans un coffre de voiture -, un quart de queue Pleyel plus loin, ou un piano droit avec sourdine, « pour travailler et ne pas embêter les voisins ».


Colette joue du piano depuis 100 ans et sort son 4e album

C’est sur le plus beau, surnommé « crapaud », le plus petit des pianos à queue Steinway, qu’elle a enregistré ce quatrième disque, dédié à Debussy, mais aussi à Astor Piazzolla et Alberto Ginastera. Un ingénieur du son est venu l’enregistrer chez elle. Et un passionné de musique classique, producteur et directeur de maison de disques pendant trente ans, Flavien Pierson, a décidé de sortir ses deux derniers albums sur son jeune label Continuo Classics.

« Bébé, je reproduisais avec un doigt les mélodies »

« Je joue Debussy depuis toute petite, j’aime sa sensibilité, on entend la nature, la mer, la pluie qui tombe, explique Colette Maze. J’ai commencé à jouer à l’âge de 4 ans. J’avais la chance d’avoir un piano à la maison et tout bébé, j’arrivais à reproduire avec un doigt les mélodies que jouaient les garçons de l’appartement du dessus. »

Colette Maze est née en 1914 dans une famille de la haute bourgeoisie parisienne. « Mon père était directeur d’une usine d’engrais organiques à Aubervilliers, ma mère était une femme d’intérieur, très (...) Lire la suite sur LeParisien.fr

Kendrick Lamar, premier rappeur couronné par le prix Pulitzer
Paris : Jared Leto offre un concert surprise au Louvre à ses fans
Coupe de France : Lalanne pour Chambly, Katerine avec Les Herbiers
Laura Pausini : «Le bronzage, aucun intérêt»
Ben Harper a le blues dans son album «No mercy in this Land»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages