Sophie Pétronin au Mali : une « irresponsabilité », selon Gabriel Attal

·1 min de lecture
Sophie Pétronin, une ex-humanitaire de 76 ans, avait été enlevée à Gao en 2016.
Sophie Pétronin, une ex-humanitaire de 76 ans, avait été enlevée à Gao en 2016.

Mercredi 3 novembre, le gouvernement a déploré le retour au Mali de l'ancienne otage française Sophie Pétronin, par la voix de son porte-parole. Gabriel Attal a dénoncé une « forme d'irresponsabilité » vis-à-vis de « sa sécurité » mais aussi vis-à-vis « de la sécurité de nos militaires ».

Le secrétaire d'État a ainsi confirmé le retour au Mali, annoncé par plusieurs médias français, de la septuagénaire, qui avait été enlevée en décembre 2016 à Gao avant d'être libérée en octobre 2020. L?ancienne humanitaire a vraisemblablement regagné Bamako en passant par le Sénégal en bus. Selon Mediapart, l'ancienne otage est retournée au Mali en mars dernier, une information que Gabriel Attal n'a pas souhaité commenter.

À LIRE AUSSILe statut de Sophie Pétronin sur le sol malien crée des remous

« Je suis chez moi ici »

En réaction, la principale intéressée a réagi auprès de l?Agence France-Presse. « Pourquoi irresponsable ? Je suis chez moi ici », a fait savoir Sophie Pétronin, a priori domiciliée dans les faubourgs de Bamako, au téléphone. « Oui, je suis au Mali depuis un moment. Mais je ne suis pas inquiète et je ne suis pas inquiétée », a-t-elle ajouté, apparemment plutôt étonnée du bruit causé par son retour.

Sophie Pétronin a adopté une fillette dans le nord du Mali, où elle avait dirigé pendant des années une organisation d'aide à l'enfance avant son enlèvement en décembre 2016. Elle avait exprimé, sitôt libérée, en octobre 2020, son intention de revenir. « Je me p [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles