Sophie Marceau victime du temps qui passe, elle évoque ses cheveux blancs

BestImage, Giancarlo Gorassini
BestImage, Giancarlo Gorassini

Elle est sous le feu des projecteurs depuis si longtemps qu'elle peine à se souvenir de "l'avant". Alors qu'elle avait 14 ans, le monde entier a découvert Sophie Marceau sous les traits de Vic, dans le film La Boum de Claude Pinoteau. Si la comédienne doit son succès à ce premier rôle, elle lui doit aussi une vie différente, à être analysée, scrutée au moindre geste, photographiée à la moindre occasion. Si elle n'aime pas spécialement se voir à l'écran, l'actrice ne peut s'empêcher, aujourd'hui, de s'autoriser à lâcher prise.

"Chaque jour emmène quelque chose, ou enlève quelque chose, explique-t-elle dans une interview accordée à Brut. Les choses ne sont pas figées. Moi-même, je m'échappe, je vais vieillir, je vais avoir des cheveux blancs... Qu'est-ce que je contrôle ? Oui, contrôler une bonne santé, essayer de mourir en bonne santé, mais qu'est-ce que vous voulez que je contrôle ? Il faut faire confiance aussi aux choses, si on est dans le contrôle, c'est qu'on a peur, de l'extérieur, de l'autre. Moi je n'ai pas peur, je suis curieuse. Contrôler, c'est se fermer à tout." Dirigée dès l'adolescence par des professionnels, Sophie Marceau a aujourd'hui la possibilité de reprendre le contrôle. Dans la vie comme au cinéma.

On ne peut pas être dans le contrôle tout le temps

On l'a récemment vue dans la peau d'une femme célibataire qui s'envole...

Lire la suite


À lire aussi

Pierre Ménès "a échangé avec les victimes" : il évoque des "gestes du passé" et s'excuse
Bénabar, bientôt 49 ans : "Une teinture de cheveux" contre le temps qui passe
Billy Crawford (Danse avec les stars) : Pensées suicidaires, addictions... Il évoque son douloureux passé