Sophie, la fille de Bernard Tapie, partage le décor de leur Noël festif

·1 min de lecture

Le clan Tapie se prépare à célébrer les fêtes de fin d'année. Comme de nombreux Français, les demeures se sont parées de leurs plus beaux atours, avec une dominante de rouge. Sur son compte Instagram, Sophie Tapie n'a pas dérogé à la règle, et révélé à ses fans l'intérieur de la propriété familiale. Joliment décorée, la fille de l'ancien patron de l'OM propose différentes prises de vue. Impossible de rater l'imposant sapin de Noël richement décoré, qui trône dans la pièce principale auprès des canapés.

Des décorations et une agréable réunion familiale en perspective qui doivent ravir Bernard Tapie, très affaibli par son double cancer de l'estomac et de l'oesophage. Fin octobre, la cour d'appel de Paris avait ordonné que le procès pour "escroquerie au jugement" dans l’affaire de l’arbitrage du Crédit Lyonnais, soit réexaminé à partir de mai 2021, en raison de l'état de santé de l'homme d'affaires.

Après un traitement expérimental en Belgique en août dernier, Bernard Tapie a été admis à l'institut Gustave Roussy situé dans le Val-de-Marne, spécialisé dans la lutte contre le cancer, comme l'avait confié son avocat Hervé Témime. Actuellement, l'ancien ministre de la Ville se reposerait au Moulin du Breuil à Combs-la-ville en Seine-et-Marne.

C'est dans cette propriété située en pleine nature que Bernard Tapie s'est confiné aux côtés de sa femme Dominique, qui veille sur lui. "Elle a trouvé un cuisinier et moi j'ai trouvé une femme de ménage, le cuisinier c'est moi, la femme de ménage, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

George Michael : son ex-amant Fadi Fawaz encore interpellé par la police
Profanation de la tombe de Romy Schneider : un "déclic" pour sa fille Sarah Biasini
Charlene de Monaco en mode reine des neiges aux côtés d'Albert et leurs jumeaux : découvrez leur carte de voeux !
Emmanuel et Brigitte Macron au soleil pour Noël ? Tout est prêt...
"La dinde de l'infectiologie" : Karine Lacombe victime d'atroces attaques sexistes