Sophie et David Séchan racontent leur frère dans "Renaud, mon frère" (TMC)

·1 min de lecture

Peut-on trouver plus légitime pour parler de lui ? Renaud, mon frère : tout est dans le titre. David Séchan est le jumeau, celui qui partagera la chambre jusqu’à leurs 18 ans. Sophie, elle, est la benjamine de la famille. Ensemble, ils racontent la personnalité entière, complexe, de ce gamin de Paris qui, c’est sûr, deviendra artiste. Films Super 8, photos aux couleurs passées et extraits télévisés s’enchaînent, et l’on voit se dessiner un destin. Dans la famille, d’abord. De gauche, bien sûr. La conscience de Renaud se forge. En 1968, il a 16 ans et court les barricades du mois de mai. On le regarde et on l’entend, révolté, dans une assemblée à la Sorbonne. Renaud est anarchiste. Il quittera tôt l’école pour gagner sa vie, en chantant dans la rue, casquette sur la tête et guitare à la main, jusqu’à la rencontre avec Coluche, dans la cour du Café de la Gare, qui l’amènera sur sa première grande scène.

À lire également

Renaud violemment critiqué à cause de son nouveau clip Corona Song (VIDEO)

Gavroche au panthéon

Laisse béton, Morgane de toi, Mistral gagnant… Les années 70-80 sont les années Renaud. Il est rebelle, popu, tendre, porte un blouson noir et un bandana rouge, mais revendique d’être un papa gâteau, en avanc... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi