Sophie Davant sans tabou : "J'ai connu des chagrins d'amour qui m'ont mise à terre"

·1 min de lecture

"Il faut faire des deuils pour rester vivant". Ce jeudi 18 mars, Sophie Davant a accepté de se livrer comme rarement sur sa vie intime à la psychologue Yvonne Poncet-Bonissol, qui participait à l'émission Toute une histoire, à l'occasion d'une interview croisée sur la résilience pour S, Le Magazine de Sophie Davant.

D'ordinaire discrète sur sa vie privée, l'animatrice y révèle avoir surmonté beaucoup d'épreuves par le passé. "J'ai connu des chagrins d'amour qui m'ont mise à terre. J'ai eu une séparation familiale que j'ai également vécue avec douleur. Tout ça n'est pas facile", souffle-t-elle. Et l'ex-compagne de Pierre Sled de préciser : "la vie est une succession de deuils. Le deuil d'une émission qui s'arrête, le deuil d'un amour, le deuil d'une vie de famille (…) c'est vrai que je n'ai pas été épargnée".

Aujourd'hui pourtant, Sophie Davant se porte on ne peut mieux. "Je me dis toujours que le meilleur reste à venir", explique-t-elle. La présentatrice, pour qui "l'amour occupe une grande place", comme elle le confiait à Elle, ne désespère d'ailleurs pas de vivre une nouvelle romance. "Rien ne me galvanise plus qu'un état amoureux, rien ne me rend plus solaire, plus rayonnante, c'est mon meilleur lifting !", ironisait-elle dans le magazine Jours de France. Et l'animatrice de 57 ans de révéler à nos confrères de Télé Loisirs être ouverte à l'amour : "J'adore les histoires d'amour, j'adore le couple et ce n'est pas exclu qu'un jour, je me remarie d'ailleurs". À bon entendeur… (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - "Monsieur le Président, on n'est pas des chiens" : Pascal Praud interpelle Emmanuel Macron
Emmanuel Macron face aux soignants amers : lui ont-ils vraiment tourné le dos ?
Olivier Véran recadré par Emmanuel Macron : « des fuites malveillantes »
PHOTO - Chabadabada : Luana et Paul Belmondo, un couple qui dure
Françoise Hardy infidèle à Jacques Dutronc : “Faire souffrir l’autre était presque pire que l’inverse”