Sophie Adenot, nouvelle astronaute française : « le déclic dans ma tête a été de voir le décollage de Claudie Haigneré »

Première femme pilote d’essai d'hélicoptère, Sophie Adenot, 40 ans, est la seconde Française à devenir astronaute après Claudie Haigneré, qui avait réalisé deux vols dans la station Mir, puis à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Comme Thomas Pesquet et beaucoup d’astronautes de nos jours, la nouvelle recrue est une excellente linguiste – elle parle français, anglais, allemand, espagnol et russe.

Sophie Adenot aime aussi faire passer des messages, en citant Claudie Haigneré ou Marie Curie comme sources d’inspiration. Elle aime encourager la jeunesse à croire en elle. Elle est d’ailleurs marraine d’OSE ISAE, avec Thomas Pesquet, dispositif d’égalités des chances créé par l’Institut supérieur de l’air et de l’espace à Toulouse.

Sophie Adenot, juste après l'annonce de la nouvelle sélection d'astronautes de l'ESA. © Daniel Chrétien, Futura
Sophie Adenot, juste après l'annonce de la nouvelle sélection d'astronautes de l'ESA. © Daniel Chrétien, Futura

Une solide carrière de pilote

Comme Thomas Pesquet et Arnaud Prost, Sophie Adenot est passée par la case ISAE Supaero, grande école d’ingénieurs à Toulouse. Elle a doublé son diplôme d’un Master au MIT (Massachusetts Institute of Technology), à Boston.

Elle rejoint l’Armée de l’air et de l’espace en 2005 et devient notamment pilote d’hélicoptère de sauvetage, y compris en environnement hostile. En 2019, elle devient pilote d’essai d’hélicoptère à Cazaux, réalise plus de 3 000 heures de vol en pilotant 22 hélicoptères.

Pourquoi conquérir l'espace alors que notre plus grosse urgence se trouve sur Terre ? Les deux ne sont pas forcément exclusifs, nous explique Jonathan Galic d'Unseenlabs. © Futura

Sophie Adenot compte parmi les cinq titulaires de la promotion 2022, à eux s’ajoute un parastronaute, sélectionné dans une étude de faisabilité de faire voler dans l’espace une personne avec un handicap, et 11...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura