Sonic le film (Canal +) : pourquoi l'adaptation du jeu vidéo a déclenché la colère des fans ? (VIDEO)

·1 min de lecture

Vingt-sept ans après Mario, son concurrent direct dans le coeur des enfants des 90's, Sonic a enfin les honneurs du grand écran. Alors que le très médiocre Super Mario Bros (1993) avait choisi de faire incarner ses personnages par de vrais acteurs, Sonic le film profite des avancées technologiques en présentant un hérisson animé en images de synthèse. Mais adapter un jeu vidéo culte n'est pas chose aisée et ce n'est pas le réalisateur Jeff Fowler qui dira le contraire ! Dévoilée le 30 avril 2019, la première bande-annonce de son long-métrage fait l'objet d'une belle volée de bois vert sur les réseaux sociaux. C'est le design de Sonic qui a provoqué la colère des fans du jeu vidéo : trop "humain", trop grand et globalement pas assez fidèle au souvenir ému des nostalgiques du hérisson bondissant.

Face à la montée du mécontentement, le studio Paramount et le réalisateur ont vite réagi. Quelques jours plus tard, ils annoncent qu'ils vont modifier le design du personnage. Une décision radicale qui s'explique par le besoin de contenter les fans de Sonic, indispensables à rameuter dans les salles afin d'assurer un démarrage convenable au film au box-office. C'est donc une véritable course contre la montre qui s'est engagée pour les responsables des effets spéciaux afin de livrer le film à temps. Le 12 novembre dernier, ce Sonic nouvelle mouture était dévoilée dans une deuxième bande-annonce.

Ces nouvelles images corrigent donc le tir, avec un héros qui a effectivement subi un petit lifting. (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

"Qui a mieux 4 semaines avant l'accouchement ?" : Louise, la fille d'Alain Chabat, face à une sacrée galère alors qu'elle est enceinte
Les Figures de l'ombre (Disney+) : Katherine Johnson, héroïne méconnue de la conquête spatiale (VIDEO)
Disney+ : les nouveautés de la semaine du 8 au 14 janvier
Programme TV accessibles : notre sélection de films et séries en audiodescription du 9 au 15 janvier
Omar Sy justifie son silence sur la fermeture des cinémas : "Ça va me tomber sur le dos..."