Sonia Rolland mise en examen dans l'affaire des «biens mal acquis» au Gabon

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
David Niviere/ABACAPRESS.COM
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Entendue plus tôt cette année par les enquêteurs, Sonia Rolland vient d'être mise en examen à Paris pour recel de détournement de fonds publics, de corruption et d'abus de bien sociaux.

L'ancienne Miss France se retrouve mêlée à l'enquête sur l'ex-chef de l'Etat gabonais Omar Bongo. Les enquêteurs français chargés des investigations sur le volet gabonais des «bien mal acquis» ont interrogé en janvier Sonia Rolland sur un appartement que lui avait offert en 2003 l'ex-chef de l'Etat, a-t-on appris lundi de sources concordantes. L'ex-Reine de beauté de 41 ans, qui est aujourd'hui comédienne, a été entendue le 6 janvier sous le régime du suspect libre sur des faits de recel de blanchiment de détournement de fonds publics , ont indiqué une source judiciaire et une source proche du dossier, confirmant une information du quotidien «Libération».

La mère de Tess et Kahina (15 et 11 ans) s'est expliquée sur un cadeau qu'elle avait reçu en 2003 des époux Bongo, un appartement dans un quartier chic de Paris d'une valeur de 800 000 euros, sous le régime d'une société civile immobilière (SCI). Selon Libération, elle a raconté avoir rencontré en 2001 Edith Bongo, l'épouse de l'ancien président gabonais, alors qu'elle parrainait des concours de Miss en Afrique. En 2002, Mme Bongo lui aurait dit qu'elle lui ferait un cadeau pour la remercier de l'image qu'elle véhiculait pour l'Afrique. L'acquéreur de l'appartement serait une société de décoration française baptisée Atelier 74, qui avait une filiale au Gabon «détenant un compte dans une banque locale, sur lequel ont été déposées pendant des années des valises de cash, livrées par des collaborateurs de Bongo», écrit le quotidien.

Le «Parisien » a rapporté que Sonia Rolland avait été mise en examen lundi 30 mai par un juge d'instruction parisien pour recel de détournement de fonds publics, de corruption et d'abus de bien sociaux. Selon son avocat, l'ex-Miss(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles