Une sonde spatiale vient de frôler Vénus

Solar Orbiter a décollé de la Terre en 2020. Ce n’est pas long de faire le trajet de l’orbite de la Terre jusqu’à une orbite plus proche du Soleil. Pour rappel, notre Étoile ne se trouve qu’à 150 millions de kilomètres de nous (soit huit minutes-lumière). En revanche, il est beaucoup plus compliqué de se mettre sur une orbite héliocentrique polaire.

Une des principales missions de Solar Orbiter est d’en apprendre plus sur son fabuleux champ magnétique. L’idéal pour cela est de faire des mesures également au-dessus des pôles magnétiques, qui sont à peu près confondus avec les pôles géographiques de la Terre. Le souci est d’y accéder.

Étant donné que tous les astres de notre Système solaire se trouvent à peu près sur le même plan (le plan de l’écliptique), il est aisé pour une sonde d’évoluer sur ce même plan. Mais, pour se mettre en orbite polaire autour du Soleil, il faut petit à petit augmenter l’inclinaison de l’orbite. Pour éviter de consommer trop de carburant, l’ESA a décidé de le faire progressivement à l’aide de l’assistance gravitationnelle de Vénus. Le survol de samedi n’est que le troisième sur huit !

Plan de vol de Solar Orbiter. © ESA, S. Poletti
Plan de vol de Solar Orbiter. © ESA, S. Poletti

Un peu de science en bonus

Le temps pour faire le voyage jusqu’à l’orbite polaire héliocentrique est long, mais il n’est pas perdu pour autant. Solar Orbiter a déjà fait des survols du Soleil parmi les plus proches de l’histoire de la conquête spatiale. Un prochain survol au périhélie est d’ailleurs prévu le 13 octobre et devrait à nouveau battre un nouveau record en passant à près de 43 millions de km de la surface.

Samedi dernier, Solar Orbiter est passé à 6.400 km de Vénus et en a profité pour étudier le champ magnétique de notre planète voisine, notamment la région où ce champ interagit avec le vent solaire. En effet, à la différence de notre champ magnétique qui est produit par les mouvements de convection de métaux au cœur de notre Planète, celui de Vénus est engendré par l’interaction entre le vent solaire...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura