La sonde Parker Solar Probe bouleverse l'énigme de la couronne solaire

Laurent Sacco, Journaliste

Les physiciens solaires analysant les résultats de la mission Parker Solar Probe (certains sont Français et membres du CNRS), la première mission spatiale à pénétrer littéralement dans l’atmosphère solaire lancée avec succès le 12 août 2018 à partir de Cap Canaveral, viennent de publier dans Nature leurs conclusions au sujet des premières données collectées par la sonde de la Nasa. Rappelons que les deux objectifs principaux de cette mission sont de mieux comprendre l’énigme du chauffage de la couronne solaire et de percer les secrets de la production du vent solaire pour la constitution d’une météorologie spatiale fiable.

Pour comprendre en quoi consiste l’énigme du chauffage de la couronne solaire, imaginez quelle serait votre stupéfaction si vous découvriez subitement qu’il est possible de faire bouillir de l'eau en posant une casserole sur un bloc de glace ! La température de surface du Soleil est d'environ 6.000 kelvins mais celle de la couronne – la partie principale de son atmosphère qui s’étend sur des millions de kilomètres – dépasse, elle, le million de degrés. Le fait est connu depuis plus de 70 ans et l'idée est même venue qu'il s'agissait peut-être d’une violation du second principe de la thermodynamique, lequel veut que la chaleur se propage toujours spontanément d’un corps chaud à un corps froid. C'est difficile à croire tellement ce principe est un des piliers de la physique, sauf, éventuellement, dans le nanomonde.


Une présentation de la mission Parker Solar Probe. Sur la durée prévue de la mission de la sonde elle frôlera à 24 reprises le Soleil, allant jusqu’à seulement 8,8 rayons solaires de sa surfacePour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Nasa Goddard

Une météorologie solaire pour...

> Lire la suite sur Futura