Les sondages de l’Élysée sous Sarkozy en procès

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Nicolas Sarkozy et Claude Guéant à l'Élysée en 2011.
Nicolas Sarkozy et Claude Guéant à l'Élysée en 2011.

Près de dix ans après la fin du quinquennat Sarkozy, l?ancien secrétaire général de la présidence Claude Guéant, l?ex-conseiller Patrick Buisson et trois autres personnes sont jugés à partir de lundi dans l?affaire des sondages de l?Élysée. Pendant quatre semaines, la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris va parcourir les couloirs du « Château » entre 2007 et 2012 et se plonger dans le fonctionnement du pouvoir lors du mandat de Nicolas Sarkozy.

Protégé depuis l?origine dans ce dossier par son immunité présidentielle, l?ancien chef de l?État a été cité comme témoin au procès par l?association de lutte contre la corruption Anticor, à l?origine de l?affaire. Comme l?a révélé Le Point, Nicolas Sarkozy ne se rendra pas au tribunal. Dans une lettre, l?ancien chef de l?État a indiqué qu?il n?entendait pas « déférer » à cette convocation. Anticor avait porté plainte en 2010 après un rapport acide de la Cour des comptes en 2009.

Lundi 18 octobre, après deux heures de débats de procédure, le tribunal a suspendu l?audience et tranchera mardi sur une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) et sur l?usage éventuel de la force publique pour faire témoigner Nicolas Sarkozy, cité par l?association Anticor. « Son témoignage est indispensable pour comprendre » le « système » alors en vigueur à l?Élysée, a plaidé lundi Me Jérôme Karsenti, l?avocat d?Anticor. « La position du juge d?instruction » était « une position de bon sens et de sagesse », a simplement [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles