Sondages, communication : le « pognon de dingue » dépensé par l’exécutif

·1 min de lecture
Rien que pour la seule année 2020, le service d'information du gouvernement (SIG), chapeauté par Matignon, a dépensé 28 millions d'euros au lieu des 14 millions prévus.

« L'Obs » s'est penché sur les dépenses de communication et d'opinion réalisées par le gouvernement. Des dépenses qui n'ont cessé d'exploser.

Baromètres, sondages, études qualitatives, quantitatives... Le gouvernement ne lésine pas quand il s'agit de prendre la température des Français et de se faire comprendre d'eux. La facture est donc très salée : les dépenses réalisées par l'exécutif en enquêtes d'opinion et communication s'élèvent à des centaines de millions d'euros, à en croire une enquête menée par L'Obs et publiée vendredi 4 juin. Elles auraient même largement augmenté depuis les quinquennats de Nicolas Sarkozy, pourtant déjà très friand de ce genre d'outils, et de François Hollande. Ainsi, l'hebdomadaire révèle que le budget de service d'information du gouvernement (SIG), en charge de commander toute enquête d'opinion et de communiquer pour l'exécutif, a doublé sur la seule année 2020.

Il a dépensé 28 millions d'euros au lieu des 14 millions prévus. À Matignon, qui supervise le SIG, on explique cette nette augmentation par la pandémie de coronavirus : « À situation exceptionnelle, moyens tout aussi exceptionnels. » Mais la crise ne semble pas tout expliquer : la mise en place du numéro vert mis à disposition des Français pour répondre à leurs questions sur le Covid-19 n'aurait coûté que 8 millions d'euros, selon L'Obs. Ce dernier précise qu'en parallèle, 33 études qualitatives et quantitatives ont été menées entre le 5 mars et le 28 mai 2020, ainsi que 12 « questions hebdomadaires d'actualité » pour environ un million d'euros. De son côté, Marc Fesneau, ministre en charge des Relations ave [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles