Tous les sondages des élections législatives 2022 dans notre compilateur au 2 juin

Tous les sondages des législatives 2022 dans le compilateur du HuffPost. (Photo: Le HuffPost)
Tous les sondages des législatives 2022 dans le compilateur du HuffPost. (Photo: Le HuffPost)

Tous les sondages des législatives 2022 dans le compilateur du HuffPost. (Photo: Le HuffPost)

SONDAGES - Il y a des courbes qui se croisent, certains qui pourraient se croiser d’ici au scrutin et d’autres qui restent plates. À quelques jours du premier tour des élections législatives -dimanche 12 juin- l’opinion est ainsi en mouvement. C’est ce qui ressort des différents sondages publiés ces derniers jours alors même que la campagne officielle vient tout juste de débuter.

Il faut en différencier deux catégories. La première concerne les intentions de vote au premier tour qui donnent une idée du rapport de force entre chaque camp dans le pays. La seconde est faite des projections en nombre de sièges réalisés par les instituts de sondages qui tentent de déterminer à quoi ressemblera l’Assemblée nationale à l’issue du second tour le 19 juin.

NUPES et majorité présidentielle au coude à coude

Depuis la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle, les choses ont changé dans le paysage (pas seulement la nomination d’Élisabeth Borne à Matignon et le nouveau gouvernement) et cela se voit. Principal fait politique du mois de mai, l’union de la gauche autour de Jean-Luc Mélenchon permet à la NUPES d’être une force aussi importante que la majorité présidentielle.

C’est ce que l’on constate dans le compilateur de sondages du HuffPost qui dresse ci-dessous la moyenne des intentions de vote au premier tour.

Si l’on assiste à une baisse importante de la NUPES, aujourd’hui dépassée par Ensemble (regroupement de LREM, Modem, Agir et Horizon) c’est surtout parce que les premiers sondages ne prenaient pas en compte les listes dissidentes qui sont aujourd’hui visibles dans la courbe Autre. En clair à ce stade, les deux blocs sont au coude à coude entre 25,5 et 26,5% des intentions de vote. On voit que le Rassemblement national, s’il se maintient à plus de 20%, est nettement distancé.

Derrière, Les Républicains continuent de flirter avec les 10% quand le parti Reconquête fait moins bien que le score de son candidat Éric Zemmour à la présidentielle (5,9% contre 7,1%).

La majorité absolue de Macron en danger

Mais aussi utiles que soient ces sondages à l’échelle nationale, ils ne reflètent qu’imparfaitement le futur hémicycle du Palais Bourbon. Les élections législatives sont en effet un scrutin avec 577 élections dans chacune des circonscriptions. Au regard des candidats investis, du poids de chaque parti dans les territoires et de la capacité de chaque candidat qualifié au second tour à attirer les électeurs des battus du premier tour, les résultats diffèrent.

C’est pourquoi les instituts de sondage réalisent des projections. Un travail forcément plus délicat encore que celui qui consiste à réaliser les intentions de vote. Néanmoins les résultats (qui ne sont pas des prévisions, mais un instantané) ont le mérite de mettre certains faits en évidence.

Tout d’abord, comme nous l’avions expliqué ici, la majorité présidentielle est largement favorite de ce scrutin. À dix jours du premier tour, la victoire de la NUPES qui pourrait propulser Jean-Luc Mélenchon au poste de Premier ministre apparaît toujours bien improbable.

Comme vous le voyez sur ce deuxième graphique, la NUPES est donnée à environ 160 sièges, avec des fourchettes qui vont selon les instituts de 130 à 200. C’est nettement plus qu’au soir de la présidentielle et que dans l’Assemblée sortante (la gauche réunit compte à peine plus de 60 députés), mais toujours largement insuffisant pour atteindre les 289 sièges nécessaires pour la majorité absolue.

Cette majorité absolue, c’est Ensemble qui en est aujourd’hui créditée. Seulement, comme le montre la courbe jaune, la dynamique (notamment plombée par l’affaire Abad) n’est pas en faveur du camp macroniste; et ce n’est pas la polémique consécutive à la finale de la Ligue des champions (les sondages ont été réalisés pour la plupart avant) qui devrait arranger la situation.

Certaines projections (Ifop pour LCI ou Elabe pour BFMTV et L’Express) donnent même une fourchette basse sous le seuil fatidique de 289 députés. Dans ce cas, le gouvernement devrait compter sur des alliés de circonstance à gauche ou à droite pour adopter ses textes.

Un groupe parlementaire pour l’extrême droite?

Ce que l’on note aussi dans ces projections (ci-dessous, la moyenne des projections réalisée par Le HuffPost à J-10), c’est la diminution drastique du nombre potentiel d’élus Les Républicains. Alors que le groupe LR comptait une centaine de membres dans l’Assemblée sortante, la moyenne des projections est à 52.

Enfin, et ce serait une première depuis le milieu des années 80 (et des législatives à la proportionnelle intégrale), l’extrême droite est en mesure d’avoir des dizaines de députés. Bien que les projections soient en nette baisse depuis la présidentielle, la moyenne actuelle des projections est à 38 députés, soit plus que les 35 obtenus par le FN de Jean-Marie Le Pen en 1986.

Le compilateur de sondages du HuffPost, comment ça marche?

Chaque nouveau sondage d’intentions de vote pour la présidentielle est pris en compte dans notre compilateur. Celui-ci calcule alors la nouvelle moyenne des scores réalisés par chaque camp sur les cinq dernières enquêtes publiées. Plus l’enquête est récente, plus son poids est prépondérant dans cette moyenne. Cliquez ici pour télécharger la liste de tous les sondages utilisés pour cet article.

À voir également sur Le HuffPost: Ces candidats qui veulent battre Elisabeth Borne dans le Calvados

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles