Sondage. La Suisse : le pays où il fallait être pendant la pandémie

·1 min de lecture

Selon une enquête, la crise sanitaire n’a pas eu d’effet sur le degré de satisfaction des expatriés installés en Suisse, qui sont de plus en plus nombreux à envisager la naturalisation.

La plupart des personnes immigrées en Suisse n’ont pas regretté, durant la pandémie, d’avoir élu domicile dans le pays, se félicite Swissinfo.ch au vu des résultats de la dernière enquête Migration-Mobility, conduite entre octobre 2020 et janvier 2021 par le Pôle de recherche national sur la migration.

À lire aussi: Classement. Suisse : quels sont les cantons et les villes les plus abordables ?

La Suisse : “l’endroit où ces personnes se sentent le mieux”

Réalisée tous les deux ans, cette enquête se veut un outil pour améliorer l’accueil et de l’intégration des étrangers en Suisse. Quelque 18 000 expatriés ou immigrés ont été interrogés sur leur expérience migratoire, leur travail, leur vie familiale, leurs relations sociales et les liens qu’ils conservent avec leur pays d’origine, “ainsi que sur les conditions de vie en Suisse”. Ils sont près de 7 500 à avoir répondu.

Plus des trois quarts déclarent s’être sentis ‘au bon endroit’ en Suisse pendant la crise sanitaire. Seule une petite minorité a indiqué avoir le mal du pays. Il est intéressant d’observer que dans le contexte inédit de la pandémie de Covid-19, et malgré les difficultés, ‘la Suisse est l’endroit où ces personnes se sentent le mieux’, résume le démographe Philippe Wanner. Ces résultats varient peu selon la nationalité ou d’autres critères sociodémographiques.”

Seuls bémols : les contacts avec la population helvétique sont parfois difficiles pour des raisons culturelles et linguistiques (“la moitié

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles