Ce sondage des législatives donne Amélie de Montchalin battue

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Amélie de Montchalin photographiée le 23 mai à l'Élysée (illustration) (Photo: REUTERS/Christian Hartmann)
Amélie de Montchalin photographiée le 23 mai à l'Élysée (illustration) (Photo: REUTERS/Christian Hartmann)

Amélie de Montchalin photographiée le 23 mai à l'Élysée (illustration)  (Photo: REUTERS/Christian Hartmann)

POLITIQUE - La bataille s’annonce rude pour la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Largement distancée au soir du premier tour des élections législatives, Amélie de Montchalin n’arriverait pas à rattraper son retard sur son adversaire de la NUPES, le socialiste Jérôme Guedj. C’est en tout cas ce que l’institut de sondages Ifop a observé lors d’une enquête réalisée dans cette 6e circonscription de l’Essonne.

Dans cette étude réalisée pour Sud Radio et rendue publique ce vendredi 17 juin, le candidat de la gauche est donné vainqueur avec 51% des voix, contre 49% pour la ministre, également députée sortante dans cette circonscription. Un signal inquiétant pour Amélie de Montchalin, accusée par le camp d’en face de refuser le débat et de jouer la surenchère pour faire peur aux électeurs, et un cinglant désaveu puisque son challenger avait été éliminé dès le premier tour en 2017.

Lors du premier tour de l’élection présidentielle, c’est Jean-Luc Mélenchon qui était arrivé en tête de cette circonscription avec 30,7% des voix. Raison pour laquelle Amélie de Montchalin comptait parmi les ministres qui avaient le plus à perdre (15 sont candidats) lors de ces élections législatives. Ce qui peut expliquer le ton très offensif qu’elle a adopté dans l’entre-deux-tours jouant, comme d’autres cadres de la majorité présidentielle, le refrain du “péril rouge” pour mobiliser contre la NUPES.

L’intéressée a, entre autres, qualifié “d’anarchistes” les représentants de cette coalition, PS compris. Ce qui n’a pas manqué de faire rire le premier secrétaire du parti, Olivier Faure.

Dans la semaine, elle a reçu le soutien de poids lourds du gouvernement, dont celui du ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Assez pour inverser la tendance, déjouer les pronostics et conserver ainsi son poste dans l’équipe d’Élisabeth Borne? Réponse dimanche soir aux alentours de 20 heures.

À voir également sur Le HuffPost: Jean-Luc Mélenchon est-il réellement d’extrême gauche?

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles