Sondage Ifop-Fiducial : Le Maire s'impose, Mélenchon bondit

·2 min de lecture

Avec 51% de «bonnes opinions» dans le tableau de bord Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire apparaît comme le pôle de solidité du gouvernement. Emmanuel Macron et Jean Castex sont en hausse.

C’est l’homme de base du gouvernement. Et pas seulement parce qu’il est le ministre le plus grand (1,91 mètre) du gouvernement. Avec l’accumulation des crises, Bruno Le Maire est devenu le pôle de solidité. Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance s’installe au 4e rang des personnalités politiques les plus populaires dans le tableau de bord des personnalités Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio. Sa cote de popularité progresse de 2 points pour atteindre les 51% de «bonnes opinions». Une barre symbolique qui récompense une gestion économique plutôt réussie lors de la première vague. Réactif, Bercy a été au rendez-vous des entrepreneurs, notamment avec la réussite du PGE (Prêt garanti par l’Etat). Pour l’instant, les Français ne lui en veulent pas trop du couac du deuxième confinement, marqué par la colère des petits commerçants lésés par rapport à la grande distribution et les plates-formes du e-commerce. Dimanche sur BFMTV, le ministre a promis de nouvelles mesures d’aide. Son action lui permet de satisfaire à la fois 8 sympathisants marcheurs sur 10, 7 électeurs Les Républicains sur dix et même 40% de ceux de gauche. De quoi faire des jaloux! Dans la majorité, certains verraient bien l’expérimenté Bruno Le Maire à la place du novice Jean Castex. L’hypothèse est, à ce jour, totalement exclue par l’Elysée. Mais le premier rassure autant que le second insécurise.

L’exécutif tire profit du contexte

Emmanuel Macron et Jean Castex remontent nettement. Le président de la République gagne 6 points (49%) et 6 places (6e). Son image personnelle est bonne auprès des personnes de plus de 65 ans (+16), des sympathisants LR (+8), de ceux du Rassemblement national (+10), et fait l’unanimité chez les(...)


Lire la suite sur Paris Match