Sondage Ifop: pas d'effet Waouh pour Bertrand, Véran progresse, Blanquer dégringole

·2 min de lecture

Xavier Bertrand ne capitalise pas, après l’annonce de sa candidature à la présidentielle, dans le tableau de bord Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, alors que les membres du gouvernement de Jean Castex connaissent des fortunes diverses. 

Le président de la région des Hauts-de-France Xavier Bertrand n’a pas renversé pas la table. L’annonce de sa candidature à la présidentielle dans le magazine « Le Point » et sur Europe 1 n’a pas déclenché une vague d’enthousiasme dans le monde politique, singulièrement à droite. Les Français semblent plutôt mitigés, selon les résultats du tableau de bord Ifop-Fidu-cial pour Paris Match et Sud Radio. L’ancien ministre de Nicolas Sarkozy recule de 4 points, ne recueillant plus que 39 % de « bonnes opinions». Voilà donc le candidat à l’élection présidentielle qui pointe à la 15e place et décroche par rapport à Emmanuel Macron (8e) et Jean Castex (9e). Une douche froide pour le Picard, qu’il convient de nuancer. Son entrée dans le match de 2022 lui fait perdre essentiellement du terrain à gauche (– 6) et chez les électeurs de La République en marche (– 10). Preuve qu’il « clive », un peu comme Nicolas Sarkozy en 2007, avant sa campagne victorieuse. Xavier Bertrand pourra se consoler avec sa nette hausse à droite (+7), notamment chez Les Républicains, où il séduit huit sympathisants sur dix. Ce qui constitue un bon socle de popularité à droite. Il recueille même 40% de «bonnes opinions» chez les lepénistes. À droite, deux personnalités reprennent des couleurs: Nicolas Sarkozy, en forte baisse le mois dernier, après sa condamnation par la justice, regagne 4 points, tandis que l’ambitieuse Valérie Pécresse poursuit sa trajectoire et progresse de 2 points. La patronne de l’Île-de-France fait jeu égal avec Xavier Bertrand chez les sympathisants LR (79%).

Macron et Castex stables

Si les Français sont globalement insatisfaits de la gestion de la crise sanitaire, ils épargnent l’exécutif(...)


Lire la suite sur Paris Match