Sondage exclusif LH2/Yahoo! : Quel premier ministre pour Hollande ou Sarkozy ?

Martine Aubry, un choix consensuel, qui souligne des attentes sociales et la volonté des Français de voir les deux principales figures socialistes composer le couple exécutif

Martine Aubry est, avec 23% de citations, le premier choix des Français pour le poste de Premier ministre si François Hollande était élu Président de la république le 6 mai.

En plaçant Martine Aubry, étiquetée plus à gauche que François Hollande, au premier rang de leurs préférences, les Français montrent ici des attentes sociales. La maire de Lille est un choix partagé par la très grande majorité des Français et notamment par les femmes (27%), les 25-34 ans (30%), les 35-49 ans (28%), les cadres (29%), les ouvriers (28%), les individus issus de foyers dont les revenus mensuels sont inférieurs à 1200€ mensuels (32%) ou encore les individus dont le niveau d’études est supérieur ou égal à Bac + 4 (29%).

En termes de préférences politiques, Martine Aubry est le choix numéro un des sympathisants de la gauche (33% devant Ségolène Royal : 14%) et du PS (41% devant Jean-Marc Ayrault : 13%).

Alain Juppé, un choix majoritaire…qui pourrait faire débat au sein de la majorité ou de l’électorat populaire

Si Nicolas Sarkozy était élu Président de la république le 6 mai, 26% des Français souhaiteraient qu’Alain Juppé soit nommé Premier ministre.

Le choix d’Alain Juppé montre une envie de changement des Français à l’issue de cinq années de présence à Matignon de François Fillon. Un changement sans bouleversement cependant, Alain Juppé est une figure institutionnelle de l’UMP et les Français n’ont pas montré d’intérêt significatif pour la nomination de Jean-François Copé, placé par certains observateurs comme le futur candidat de l’UMP à l’élection présidentielle de 2017.Le choix d’Alain Juppé pourrait susciter le débat en cas de victoire de Nicolas Sarkozy le 6 mai. Le maire de Bordeaux est le choix d’un électorat plus favorisé tels que les Franciliens (31%), les cadres (39%), les individus issus de foyers dont les revenus mensuels sont supérieurs ou égaux à 3000€ (34%) alors que l’intérêt pour sa désignation est moins marqué au sein de l’électorat populaire. En effet, François Fillon fait jeu égal avec Alain Juppé dans les préférences des ouvriers (21% chacun), des individus issus de foyers dont les revenues mensuels sont inferieurs à 1200€ (22% pour Alain Juppé et 20% pour François Fillon) ou encore des individus ayant un niveau d’études inférieur au Bac (20% pour François Fillon et 19% pour Alain Juppé) et des employés (20% pour François Fillon et 18% pour Alain Juppé).

En termes de proximité partisane, le choix d’Alain Juppé comme Premier ministre fait également débat. Parmi les sympathisants de la droite, le ministre des Affaires étrangères se situe en deuxième position, avec 27% de citations, derrière François Fillon (30%). Chez les électeurs de Nicolas Sarkozy au premier tour de l’élection présidentielle, il ne devance que très légèrement François Fillon (34% contre 32% de citations).

Note : sondage réalisé les 27 et 28 avril 2012 par téléphone sur  958 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles