SONDAGE BFMTV - Seulement 67% des Français approuvent le reconfinement

Jules Pecnard
·5 min de lecture

Dans notre dernière enquête "L'opinion en direct", réalisée par l'institut Elabe et que nous dévoilons ce vendredi après-midi, les Français expriment une forte inquiétude vis-à-vis de l'épidémie de Covid-19.

Une approbation teintée de méfiance. C'est ce qui ressort de notre dernière enquête "L'opinion en direct", réalisée par l'institut Elabe à la suite des mesures annoncées par Emmanuel Macron, mercredi soir, pour affronter la deuxième vague d'épidémie de Covid-19. D'après ce sondage, 67% des Français approuvent l'instauration d'un confinement national jusqu'au 1er décembre.

Cette majorité est à prendre toutefois avec des pincettes. Le 18 mars, au lendemain de l'allocution du chef de l'État annonçant le premier confinement, 93% des Français interrogés par Elabe étaient favorables à la mesure.

Par ailleurs, contrairement à ce qui était mesuré au printemps, ce soutien oscille aujourd’hui fortement selon l’âge des répondants. Il est très fort auprès des plus âgés (76%) mais diminue avec l’âge. Chez les 18-25, le taux d'approbation n'atteint que 52%, soit à peine plus d'un jeune sur deux. Aussi, les Français pronostiquent un confinement plus long qu’annoncé. Seuls 15% prédisent que le confinement ne durera que jusqu’au 1er décembre.

Le télétravail plebiscité

Les sondés ont aussi été interrogés dans le détail sur l'efficacité des mesures de restriction mises en place. Sur ce point, c'est sur la fermeture des commerces non-indispensables, des bars et des restaurants qu'ils semblent le plus partagés. Ils ne sont que 52% à juger la mesure efficace. Elle arrive en queue de peloton sur ce critère, derrière l'interdiction de se déplacer d'une région à l'autre (66% des personnes interrogées trouvent cette mesure "plutôt" ou "très" efficace), le reconfinement à l'échelle nationale (72%), la fermeture des frontières de l'Union européenne (83%) et, enfin, la généralisation du télétravail lorsque c'est possible, qui est une mesure vue comme efficace par 90% des sondés.

Concernant les mesures de confinement et les mesures de soutien à l'économie décidées par le gouvernement, seulement 49% des Français sont favorables à la fermeture des commerces non-essentiels. Les 25-34 ans (43%), les habitants des communes rurales (44%) et les habitants du Sud-Ouest (37%) sont les segments de la population qui la soutiennent le moins.

C'est là encore la généralisation du télétravail qui apparaît massivement approuvée, avec 93% de Français interrogés qui s'y montrent favorables. Idem pour la prise en charge jusqu'à 10.000 euros par mois, par l'État, des pertes des petites entreprises fermées à cause du confinement (92% d'approbation). Quant au maintien de l'ouverture des établissements scolaires de la crèche au lycée, il est approuvé par 64% des Français selon notre enquête.

84% des Français "inquiets"

Plus globalement, les Français se montrent de plus en plus inquiets vis-à-vis de la propagation du Covid-19. Cette inquiétude était restée stable, à 73%, à la suite de l’annonce du couvre-feu. Elle a enregistré un net rebond après l’allocution de mercredi du président de la République: aujourd'hui, 84% des personnes interrogées se disent inquiètes. La proportion de personnes "très" inquiètes évolue de manière encore plus marquée, bondissant de 22 points pour s'établir à 39%.

Les populations les plus soucieuses sont les femmes (88%), les 25-34 ans (89%) et les plus de 65 ans (89%), ainsi que les habitants du Nord-Est (90%), particulièrement touchés lors de la première vague et confrontés à la désindustrialisation.

S'agissant du reconfinement, d'un point de vue strictement politique, seuls les électeurs ayant voté pour Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle l’approuvent (62%). Les électeurs de François Fillon (49%) et les abstentionnistes (47%) sont partagés. Quant aux électeurs de Marine Le Pen (43%), de Benoît Hamon (42%) et de Jean Luc Mélenchon (40%), ils y sont opposés.

Confiance stable vis-à-vis de l'exécutif

Malgré un sursaut de 4 points depuis septembre, la confiance envers l’exécutif n’atteint pas le niveau enregistré en début de crise, au mois de mars. À l'époque, ils étaient 59% à accorder cette confiance au gouvernement d'Édouard Philippe. Aujourd'hui, ce taux de confiance est de 42%, soit quasiment le même niveau qu'en août (43%). Les classes populaires nourrissent toujours le constat le plus sévère à l'endroit de l'exécutif (seulement 37% de taux de confiance).

Politiquement, ce léger rebond trouve sa source dans un regain de confiance enregistrée auprès de l'électorat macroniste (74%, +7 points) et celui de Jean-Luc Mélenchon (31%, +11 points). Cette confiance est en baisse auprès de l’électorat de Marine Le Pen (20%, -5 points).

Pour 45% des Français interrogés, le gouvernement ne prend "pas assez de précautions". Cela représente deux points supplémentaires par rapport à la fin du mois de septembre. À l'inverse, 38% (+1) jugent que l'exécutif "fait juste ce qu’il faut", tandis que 16% (-3) estiment qu'il "en fait trop". La surréaction est une critique en nette diminution et demeure essentiellement le fait des cadres (25%). En revanche, 3 Français sur 4 jugent que leur pays n'est pas prêt à affronter la deuxième vague d'épidémie. C'est à peu près la même proportion qu'en mars, lorsque la France était submergée par la première.

Sondage réalisé auprès d'un échantillon de 1004 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet les 28 et 29 octobre 2020.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :