SONDAGE BFMTV. Législatives: LaREM et ses alliés en tête en nombre de sièges, incertitude sur la majorité absolue

L'hémicycle de l'Assemblée nationale, le 17 mai 2022 (illustration) - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
L'hémicycle de l'Assemblée nationale, le 17 mai 2022 (illustration) - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

La tenue des législatives approche à grands pas et la tendance se confirme: dans une dizaine de jours, à l'occasion du premier tour du scrutin le 12 juin, on devrait surtout assister à un duel opposant la Nouvelle union populaire écologique et solidaire - la Nupes rassemblant les principales formations de gauche - à la majorité présidentielle, unie sous la bannière "Ensemble!". C'est en tout cas l'un des principaux enseignements du nouveau sondage Opinion 2022 réalisé par Elabe pour BFMTV, L'Express avec notre partenaire SFR publié ce mercredi après-midi.

L'enquête montre le coude-à-coude des deux coalitions rivales dans les intentions de vote exprimées pour la première phase de l'élection parlementaire. Si la Nupes devance de peu Renaissance (ex-LaREM) et ses alliés en pourcentages, ces derniers dominent dans le nombre des sièges qui seront attribués au Palais-Bourbon dans la future législature.

Toutefois, et c'est là l'autre enseignement de ce sondage, si la force politique soutenant le président de la République pourrait obtenir le plus grand nombre de sièges, elle n'a pour le moment aucune assurance de bénéficier de la majorité absolue au sein de la prochaine Assemblée nationale.

Offre réelle, offre standard: question de méthode

Avant de dévoiler les intentions de vote livrées ce mercredi, il faut noter un changement de méthode à l'occasion de ce nouveau sondage Opinion 2022: le panel a cette fois été consulté - pour 81% de ses membres en tout cas - sur la base de l'offre réelle. En d'autres termes, le panéliste a répondu en ayant sous les yeux la liste des partis et des candidats concourant dans sa circonscription.

Les 19% restant, résidant généralement dans les grandes agglomérations où le découpage est plus complexe, ont quant à eux été interrogés selon la formule précédente, soit "l'offre standard", qui consiste en la proposition d'une liste de formations politiques potentielles sans précision de l'identité des candidats.

Cette prévalence de l'offre réelle dans cette nouvelle enquête a une conséquence mécanique: elle tasse légèrement les résultats de la Nupes et d'"Ensemble!" en accordant une place nouvelle aux candidats divers gauche ou divers droite.

Intentions de vote: il y a la Nupes, "Ensemble!" et les autres

Ce tassement est toutefois très relatif comme le montrent les projections révélées par Elabe ce mercredi. Avec 25% des intentions de vote en vue du premier tour des législatives, la Nupes, emmenée sous le leadership de Jean-Luc Mélenchon et de ses Insoumis, domine "Ensemble!" d'une courte tête. Ou plutôt d'une demi-tête, la majorité présidentielle cumulant pour sa part un taux de 24,5%.

Le Rassemblement national plafonne quant à lui à 22%, loin devant l'attelage constitué par Les Républicains et l'UDI, jaugé à 12,5%, et surtout loin devant le "Reconquête" d'Eric Zemmour, enlisé à 4,5%.

De 275 à 315 députés pour "Ensemble!", la majorité absolue pas assurée

Malgré tout, Renaissance (ex-LaREM) et ses alliés devraient récolter le plus grand nombre de sièges dans la prochaine session. Sans aucune assurance à ce jour de s'y assurer la majorité absolue. Celle-ci est fixée à 289 députés. Or, le nombre de représentants attribués pour l'heure à "Ensemble!" navigue dans une fourchette allant de 275 à 315 parlementaires.

La Nupes peut, elle, rêver d'un contingent s'étalant de 155 à 180 députés, une cohorte de représentants de gauche en progression de 82 à 107 sièges par rapport à 2017. Le Rassemblement national n'est lui pas très éloigné du quitte ou double: son étiage actuel le situe entre 35 et 65 parlementaires (soit un bond de 27 à 57 députés en comparaison de la précédente mandature).

Pour les LR et l'UDI, l'heure est plutôt à l'écrasement en revanche: le sondeur leur prête de 40 à 65 députés, soit une baisse en nombre de sièges comprise entre 96 et 71.

L'heure des incertitudes

Une incertitude qui rejaillit aussi sur les pronostics. Ainsi, quand 26% des Français (une chute d'un point par rapport à la précédente mesure effectuée il y a quinze jours) présument d'une victoire de la majorité sortante, ils sont 19% à parier sur la Nupes (un score stable cette fois). 13% de nos concitoyens imaginent plutôt une victoire du RN à l'issue du scrutin (soit un decrescendo d'un point).

Ces différents blocs électoraux sont encore susceptibles de s'effriter d'ailleurs. Car si 70% des sondés se disent sûrs de leur choix, 30%, en creux, peuvent encore varier. Ce sont les sympathisants des Républicains qui paraissent les plus friables: seuls 67% d'entre eux sont certains de soutenir effectivement leur formation dans les urnes le 12 juin, contre 80% de la base de la Nupes, 79% des électeurs déclarés du RN et 75% des électeurs ayant opté pour "Ensemble!".

De manière générale, le flottement règne dans cette campagne législative. Les sondés ne sont plus que 44% - soit un recul de trois points - à dire leur certitude d'aller voter le 12 juin, 13% l'envisageant "sérieusement".

La Nupes forte chez les jeunes, "Ensemble!" chez les seniors

Ces quelques flous n'empêchent de tirer le portrait des différents électorats. La Nupes séduit surtout chez les jeunes, convainquant 44% des 18-24 ans et 33% des 25-34 ans. Il faut remarquer qu'avec 35%, la gauche fait aussi la course en tête parmi les cadres, mais ne persuade que 26% des salariés et ouvriers. "Ensemble!" s'arroge la plus grande part des 65 ans et plus (29%) et des électeurs franciliens (33%).

Enfin, les lignes de force du Rassemblement national recoupent les ouvriers, dont 41% le plébiscitent, les petites agglomérations - y totalisant 28% des intentions de vote - et les communes rurales, où il pourrait atteindre les 26%.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles