Sommet des start-up : l'hydrogène, une solution énergétique qui doit encore trouver sa place

·2 min de lecture

L'hydrogène est à l'énergie ce que l'intelligence artificielle et le quantique sont aux nouvelles technologies : un secteur d'avenir. Sciences et Avenir-La Recherche a fait le point sur ce carburant vert lors d'une table ronde au Sommet des start-up du 24 mars 2021.

Ce mois de mars 2021, Sciences et Avenir consacrait sa couverture à , une nouvelle forme d’énergie qui, dans sa version verte, suscite l'espoir que nous puissions un jour limiter drastiquement nos émissions carbone. Alors qu'un plan français de 7 milliards d’euros sur dix ans était annoncé à l’automne dernier, la volonté européenne est réaffirmée pour des partenariats public-privé de grande ampleur. Tout récemment, le CNRS organisait une demi-journée sur le sujet, qui mobilise plusieurs centaines de scientifiques sur des recherches qui demeurent encore fondamentales.

A l'occasion du 6e Forum Start-up & Innovation qui se tient mercredi 24 mars au palais Brongniart, , directrice de l’écosystème Hydrogène chez Michelin et vice-présidente de France Hydrogène, Luc Bodineau, qui coordonne les actions du Programme Hydrogène de l'Ademe (l'agence française de la transition énergétique) et Brahim Soua de chez Alstom, en charge du projet stratégique pour les régions de France d’installation de trains à hydrogène (ou hybrides avec batteries) - qui devraient à terme remplacer les diesels -, étaient présents à la table ronde consacrée à cette énergie du futur, animée par la directrice éditoriale du Pôle Sciences du groupe Challenges (Sciences et Avenir-La Recherche), Dominique Leglu.

Ces trois intervenants de poids sont unanimes sur un point : l'hydrogène est une solution d'avenir, mais elle n'est pas la seule. Pour Valérie Bouillon-Delporte, le fait que "la France ait décidé de compter dans la cour des grands en mettant notamment sur la table autant de subventions que l'Allemagne" est un signal fort, une marque de potentiel évidente. L'Union européenne, de son côté, a pris un tournant stratégique pour faire de l'Europe le premier continent zéro émission d'ici 2050. "De plus en plus de sociétés s'intéressent à l'hydrogène. Dans le cas de Michelin, qui travaille depuis plus de vingt ans sur des solutions liées à l'hydrogène, c'est finalement un segment assez logique : nous avons [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi