Sommet de l’OIF: la France veut multiplier les écoles françaises dans le monde

© Amira Souilem / RFI

Le sommet de la Francophonie qui s'est tenu, ce week-end, à Djerba, a également été l'occasion de nombreux ateliers en marge de la rencontre des chefs d'États. Il a notamment été question de l’enseignement du français dans le monde. Une compétition s'engage entre pays sur cette question de la diffusion des langues, une compétition dans laquelle les enjeux linguistiques rejoignent les luttes d'influence.

Avec notre envoyée spéciale à Djerba, Amira Souilem

Pour essayer de renforcer le nombre de locuteurs français, la France mise aujourd’hui sur la multiplication des écoles françaises sur les cinq continents et notamment en Tunisie où le nombre d’élèves scolarisés dans ces écoles a doublé en cinq ans, faisant de la Tunisie le quatrième pays du réseau au monde.

En charge du développement des écoles françaises à l’étranger, Olivier Lagahuzère ose les mots tabou. Il parle de « marché de l’Éducation ». Concurrencée par les Américains, les Britanniques ou encore les Canadiens, la France ne représente aujourd’hui que 6 % des écoles internationales au monde.

« Il y a environ 390 000 élèves qui sont scolarisés dans le réseau des écoles homologuées et l’objectif que nous poursuivons est celui du doublement des effectifs d'ici à 2030. Il y a à peu près mille élèves scolarisés en Inde avec un 1,4 milliard d’Indiens, peut-être qu’il y a de la place pour nos écoles », dit-il.

« Les familles souhaitent donner les plus grandes chances à leurs enfants pour pouvoir suivre des études dans l’enseignement supérieur en France ou dans d’autres pays », souligne Olivier Lagahuzère.


Lire la suite sur RFI