Le sommet de l’Apec entend démontrer l’importance croissante de la zone Asie-Pacifique

AP - Sakchai Lalit

Le sommet de l’Apec Asie-Pacifique s’ouvre vendredi 18 novembre, à Bangkok en Thaïlande, en présence de 21 chefs d’État de la région et au-delà : la France a également été invitée comme partenaire et Emmanuel Macron est arrivé mercredi dans la capitale thaïlandaise. Ce sommet veut souligner l’importance croissante de cette région du monde.

C’est le troisième sommet international qui se tient en une semaine en Asie du Sud-Est, rapporte notre correspondante à Bangkok, Carol Isoux. Il y a eu d’abord le sommet de l’Asean à Phnom Penh, puis le G20 qui vient de s’achever à Bali, et enfin l’Apec à Bangkok.

La capitale thaïlandaise est sous haute sécurité, avec plus de 30 000 policiers déployés, les écoles de la capitale sont fermées pour trois jours, certains axes de circulation coupés.

Le chef de l’État de chinois Xi Jingping fait partie des invités, les États-Unis seront représentés par Kamala Harris, la Russie envoie quant à elle un vice-premier ministre, Andreï Belousov ; l’occasion peut-être de terminer des conversations entamées au G20.

►À lire aussi : G20: le communiqué final dominé par la guerre en Ukraine

Une zone stratégique pour la France

Durant un déjeuner avec le Premier ministre thaïlandais ce jeudi, il a défendu la stratégie française indo-pacifique, raconte notre envoyée spéciale Mounia Daoudi.


Lire la suite sur RFI