Publicité

Sommet sur l’énergie nucléaire à Bruxelles : l’atome, faux allié du climat ?

Réunissant une trentaine de pays, un sommet visant à accélérer les investissements dans la production d’énergie nucléaire s’est tenu jeudi à Bruxelles. Au cœur des discours, l’argument-roi du retour en grâce de l’atome : la baisse des émissions de gaz à effet de serre. Une fausse solution climatique, dénoncent certains experts et militants écologistes. Décryptage

Il était une fois, en Belgique, un étrange conte de fée : un "conte de fées nucléaire". C’est du moins les mots affichés sur les banderoles déployées par des manifestants écologistes, qui ont tenté de retarder la tenue du sommet dédié à l’énergie nucléaire organisé à Bruxelles, jeudi 21 mars.

Une trentaine d'États, dont la Chine, les États-Unis, le Brésil et la France s’y sont réunis en vue d'accélérer de façon coordonnée le développement du nucléaire civil. Pour les partisans de cette énergie, comme le président français Emmanuel Macron, le nucléaire est une bonne nouvelle pour la planète.

Et ce pour une raison simple : les centrales nucléaires n'émettent quasiment pas de CO2 pour produire de l’électricité. Développer massivement cette énergie permettrait donc de lutter efficacement contre le dérèglement climatique.

"Partout dans le monde, le nucléaire fait son grand retour [en raison du] besoin de lutter contre le changement climatique, de sécurité énergétique après l'invasion de l'Ukraine, de produire de l'électricité sans interruption", a résumé le directeur de l'Agence internationale de l'énergie, Fatih Birol.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Financement des énergies fossiles : et si le vent tournait en faveur de la transition écologique ?
Transition écologique : plus sobres, plus heureux ?
L'Espagne rurale se rebelle contre la course aux énergies renouvelables