Sommet Corée du Sud-Afrique: une rencontre pour dynamiser les relations politiques et économiques

Ce mardi 4 juin s’est ouvert le premier sommet Corée du Sud-Afrique de l’histoire à Séoul. Vingt-cinq chefs d’États et les délégations de 48 pays du continent africain ont fait le déplacement dans la capitale coréenne. L’objectif de cette rencontre est de dynamiser les relations politiques, mais surtout économiques entre l’Afrique et le « pays du matin calme ».

L’Afrique et son sous-sol offre des opportunités importantes à la Corée du Sud de diversifier ses approvisionnements en matières premières et en métaux rares. Les minerais sont vitaux pour le développement des industries de hautes technologies et des semi-conducteurs coréens qui sont le fleuron de l’économie du pays. Le président Yoon Suk-yeol a d’ailleurs fixé dans son discours comme priorité l’augmentation de la coopération dans ce domaine.

En contrepartie, la Corée du Sud permettrait un transfert de compétence et des facilités dans les domaines des technologies de pointe, de l’agriculture, mais aussi dans les domaines de l'énergie et les infrastructures.

Des accords bilatéraux avec chaque État

Pour formaliser les échanges et fixer les contours de ce partenariat global entre les deux parties, un communiqué conjoint sera signé avec Mohamed Ghazouani, le président mauritanien, qui copréside le sommet en tant que président en exercice de l'Union africaine. La République de Corée est la quatrième économie d'Asie. Comment souhaite-t-elle s'y prendre pour augmenter ses échanges avec l'Afrique ?

En plus des 10 milliards de dollars d'aide au développement et de l'aide de 14 milliards de dollars pour les entreprises coréennes, les autorités coréennes souhaitent profiter de cette rencontre pour nouer des accords bilatéraux spécifiques avec chaque État.


Lire la suite sur RFI