Sommeil : on dort mieux à deux que seul, selon les scientifiques

La plupart des adultes ne dorment pas seuls ; ils partagent leur lit avec un partenaire de vie, un enfant, ou un animal de compagnie un peu trop envahissant. Selon une étude récente, présentée au congrès annuel de l'American Academy Of Sleep Medicine, on dormirait mieux à deux que tout seul — enfin… cela dépend avec qui ! Près de 1.000 volontaires, des adultes actifs vivant en Pennsylvanie (États-Unis), ont répondu à un questionnaire en ligne sur la fréquence à laquelle ils partageaient leur lit et avec quel genre de partenaire : un amoureux ou une amoureuse, un enfant, un autre membre de la famille, un animal de compagnie ou personne. Ils ont aussi renseigné la qualité de leur sommeil.

Dormir avec des enfants, une source de stress qui diminue la qualité du sommeil selon les chercheurs de l'université de l'Arizona. © wavebreak3, Adobe Stock
Dormir avec des enfants, une source de stress qui diminue la qualité du sommeil selon les chercheurs de l'université de l'Arizona. © wavebreak3, Adobe Stock

Voici la durée optimale de sommeil pour les plus de 40 ans

Dormir à deux pour dormir mieux ?

Les volontaires qui dorment la plupart des nuits avec un partenaire amoureux ont rapporté faire moins d'insomnie, dormir plus, s'endormir plus vite, et avec des phases d'éveil plus courtes, en comparaison avec ceux qui dorment seuls. En revanche, les parents qui partagent leur lit avec un enfant voient la qualité de leur sommeil diminuer : des insomnies plus sévères, plus de fatigue et des endormissements plus fréquents au cours de la journée. Les personnes dormant avec un autre membre de leur famille connaitraient aussi ces problèmes, mais dans une moindre mesure.

Passer la nuit seul est associé à des états dépressifs plus sérieux, des relations sociales moins fortes et une vie moins satisfaisante selon les résultats de l'étude. « Dormir avec un partenaire amoureux, ou un époux parait avoir plus de bénéfice sur la qualité du sommeil, réduisant les risques d'apnée du sommeil, la sévérité des insomnies et en général, la qualité du sommeil », a déclaré Brandon Fuentes, le premier auteur de l'étude, affilié à l'université de l'Arizona.

Cette...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles