Somme: une jeune femme décède dans un rodéo urbain près d'Amiens

·2 min de lecture

Hospitalisé dans un état grave, le motard a perdu le contrôle de son véhicule en essayant de réaliser une figure sur sa roue arrière.

Une jeune femme de 21 ans est décédée dans la nuit de vendredi à samedi vers 1h20, percutée par une moto à Glisy près d'Amiens, selon la préfecture. L'accident s'est produit lors d'un "rassemblement sauvage", alors que le pilote d'une moto a voulu "réaliser une figure de roue arrière". Celui-ci a perdu le contrôle du véhicule qui a ensuite percuté la jeune femme venue assister à la course sauvage. Blessée, elle a été transportée aux urgences et est décédée peu après.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le conducteur de la moto est un homme de 33 ans hospitalisé dans un état grave, selon l'AFP. 

"Le choc a été très violent", a indiqué Alexandre de Bosschère, procureur de la république d'Amiens à l'AFP.

Quelques heures plus tôt, la BAC était intervenue sur le lieu du rodéo sauvage, a précisé le parquet d'Amiens. La police nationale a quant à elle indiqué dans un tweet avoir placé un conducteur ivre en garde à vue et saisi un véhicule. Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Depuis la fin du confinement, les autorités constatent le retour de ces rodéos sauvages "très dangereux" qui rassemblent jusqu'à "plusieurs centaines de personnes".

De nouvelles mesures dans les prochains jours

Muriel Nguyen, préfète de la Somme a exprimé sa compassion à la famille de la victime et souhaite que le "comportement irresponsable et indigne de ce motard soit sanctionné par la justice".

La préfecture rappelle par ailleurs que les rodéos sauvages "génèrent des risques importants pour la sécurité des riverains et des conducteurs" et que "la loi du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les rodéos motoriséssanctionne fermement les auteurs de rodéos motorisés de peines pouvant aller jusqu’à 5 ans de prison, les privant de leurs véhicules, et punissant les organisateurs jusqu’à deux ans de prison et 30 000 € d’amende loi/amende".

La préfète décidera dans les prochains jours de nouvelles mesures avec le Directeur Départemental de la Sécurité Publique, le président d’Amiens Métropole et les élus des communes de Boves, Glisy et Longueau.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles