Le Somaliland, plaque-tournante du trafic de bébés guépards

·2 min de lecture

Chaque année, on estime que 300 bébés guépards arrachés à leur mère transitent via le Somaliland pour être vendus au Moyen-Orient à de riches acheteurs en quête d'animaux exotiques.

Ils tètent au biberon, ronronnent faiblement : âgés d'à peine quelques semaines, les chétifs bébés guépards font l'objet de toutes les attentions. Ils viennent d'être tirés des griffes de trafiquants, échappant à un commerce clandestin en pleine expansion dans la Corne de l'Afrique. En moyenne, seule la moitié des petits félins sauvés du trafic parviennent à survivre, et les membres du Fonds de protection des guépards (CCF) sont inquiets pour le plus petit du groupe, le frêle "Green" qui pèse à peine 700 grammes.

"Green" et ses congénères ont eu de la chance. Chaque année, on estime que 300 bébés guépards transitent via le Somaliland pour être vendus au Moyen-Orient à de riches acheteurs en quête d'animaux exotiques. Arrachés à leur mère, expédiés d'Afrique vers le Yémen en guerre puis le Golfe, les bébés guépards peuvent rapporter jusqu'à 15.000 dollars pièce (13.000 euros) au marché noir. Mais pour cela, il faut qu'ils survivent au voyage, durant lequel ils sont généralement mal nourris, confinés dans de minuscules cages, avec parfois leurs pattes attachées. Moins connu que les trafic d'ivoire d'éléphant ou de cornes de rhinocéros, ce commerce n'en est pas moins dévastateur pour le félin le plus menacé d'Afrique.

Selfies

Il y a un siècle, on comptait environ 100.000 guépards dans le monde. Aujourd'hui, entre l'expansion humaine qui empiète sur leur habitat et le commerce illégal, il en reste à peine 7.000. Plus de 3.600 guépards vivants ont été commercialisés illégalement dans le monde entre 2009 et 2019, selon une étude publiée cette année se basant sur l'étude de centaines d'annonces de bébés félins diffusées sur les réseaux sociaux. Leur élevage étant particulièrement difficile, la capture dans la nature est le seul moyen de s'en procurer. "A ce rythme (...) ça va provoquer l'extinction de l'espèce en très peu de temps", prévient Laurie Marker.

Les guépards sont prisés comme animaux de compagnie et compagnons de chasse depuis l'Empire romain. Aujourd'hui, ils s[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles