Somalie: tirs de mortier à Mogadiscio alors que le Parlement valide le nouveau gouvernement

Les évènements de ce dimanche 7 août dans la capitale Mogadiscio illustrent les défis à venir pour les autorités. Peu après l'approbation du gouvernement par le Parlement, des tirs d'obus de mortier ont été tirés dans des quartiers proches du palais présidentiel. Une attaque non revendiquée, mais qui porte la signature du mouvement islamiste shebab.

Le président Hassan Cheikh Mohamoud et son Premier ministre Hamza Abdi Barre n'ont pas eu le temps de célébrer cette avancée, cette victoire politique.

Alors que le Parlement venait d'entériner à une large majorité, 229 voix pour 7 contre, la composition du gouvernement, une équipe de 75 ministres et vice-ministres, et l'ambassade américaine félicitait les leaders politiques et parlait « d’une renaissance politique », ce sont des détonations qui ont secoué la capitale.

« Plusieurs tirs de mortier ont été tirés sur des quartiers civils de l'arrondissement de Warta-Nabadda », a indiqué Mohamed Abdifatah, l'un des responsables de la sécurité de cette zone, qui ajoute qu'une enquête est en cours et que cette attaque n'a pas fait de victimes. Des témoins ont indiqué qu'un hôpital privé a été endommagé.

Les attaques du mouvement shebab se sont multipliés ces derniers mois, les islamistes ont profité des crises à répétition au sommet de l'exécutif.

Pour le chef de l'État qui a intégré d'ailleurs dans son gouvernement Muktar Robow, un ancien dirigeant des shebabs, les défis sont donc multiples : sécuritaire, mais également économie et alimentaire : sept millions de Somaliens, la moitié des habitants, sont en insécurité alimentaire et climatique ; la sécheresse a entraîné le déplacement de 900 000 personnes.


Lire la suite sur RFI