Somalie: la région du Puntland «révoque sa reconnaissance» du gouvernement fédéral

Ce dimanche, les autorités de cette région semi-autonome de Somalie ont déclaré ne plus reconnaitre le gouvernement fédéral de Mogadiscio. Pourquoi le Puntland marque son désaccord avec l'État ?

La décision du Puntland marque son opposition à la révision constitutionnelle adoptée samedi 30 mars à l'unanimité par le Parlement somalien. Cette révision prévoit la mise en place d'un régime présidentiel et l'instauration d'un suffrage universel direct en Somalie. Jusqu'à présent, le pays disposait d'un système électoral basé sur un scrutin indirect, avec de grands électeurs représentant les clans et sous-clans de la société somalienne.

Les autorités de la région accusent le président somalien Hassan Cheikh Mohamoud d'avoir violé la Constitution et d'avoir perdu sa légitimité. Pour rappel, l'adoption du régime présidentiel votée samedi 30 mars résulte d'un accord conclu l'année dernière avec les dirigeants des États fédérés. Mais cet accord n'avait pas été signé par le président du Puntland, Said Abdulali Deni.

Région semi-autonome depuis 1998, le Puntland demande donc « un processus constitutionnel mutuellement accepté » et un référendum public pour faire adopter la nouvelle Constitution. Dans un communiqué, les autorités locales indiquent que le Puntland disposera de son propre gouvernement tant que le pouvoir fédéral somalien n'accèdera pas à ses demandes. Une manière pour cette région de maintenir le statu quo.


Lire la suite sur RFI