Somalie : le président Farmajo a signé la loi prolongeant son mandat de deux ans

Jacques Deveaux
·1 min de lecture

Les dés sont jetés. Au risque d'enflammer le pays, le président Mohamed Abdullahi Mohamed, dit Farmajo, entend aller au bout de sa logique et se maintient au pouvoir. Il a "promulgué la résolution spéciale guidant les élections du pays, après son adoption à l'unanimité par le parlement", a annoncé le 14 avril Radio Mogadiscio. En clair, Farmajo obtient ainsi une rallonge de deux ans pour établir un nouveau processus électoral qui désignera le futur président de la République.

Légalement, son mandat a pris fin en février dernier. En septembre 2020, un accord avait été signé entre les différents acteurs politiques du pays afin d'élire un successeur à Farmajo. Mais le processus a débouché sur une impasse, chaque camp rejetant la responsabilité de l'échec sur l'autre.

Bras de fer

Le président Mohamed Abdullahi Mohamed a donc ignoré la demande de l'opposition de former "un conseil national de transition" qui aurait dirigé le pays et l'aurait mené à de nouvelles élections. Bien au contraire, Farmajo a fait voter cette résolution à l'Assemblée et l'a promulguée dans la foulée, sans qu'elle ne soit passée devant le Sénat. Une méthode aussitôt dénoncée par le président du Sénat qui a jugé ce vote anticonstitutionnel.

Pour Abdirahman Abdishakur, le chef du parti d'opposition Wadajir, le vote de l'Assemblée menace la stabilité du pays. Son président est "le partenaire criminel de Farmajo".

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi