Somalie: passation de pouvoir chaotique à la présidence de la chambre du peuple

Un incident est venu perturber la séance : l'arrivée dans la salle où siégeaient les députés de deux délégations rivales d'une région, l'une ne reconnaissant pas la légitimité de l'autre.

La question des députés de la région de Gedo est au coeur des problèmes politiques somaliens depuis deux semaines. Ce samedi, c'est leur arrivée sous la tente ultra-sécurisée de la zone verte de Mogadiscio où siègent les députés qui a provoqué des protestations, quelques bousculades et finalement un incident de séance. Plusieurs députés se sont insurgés, demandant ce qu'ils faisaient là, alors qu'ils ne sont pas officiellement accrédités.

Les élus se préparaient à assister à la passation de pouvoir entre l'ancien président de la chambre basse, Mohamed Mursal, et le nouveau, Sheikh Aden Madobe, élu mercredi soir. Une cérémonie qui a finalement eu lieu, une fois les députés indésirables reconduits dehors.

Cette situation est la conséquence d'un désaccord entre le chef de l'État fédéral, Mohamed Farmajo, et le président de l'État du Jubaland où se trouve la région de Gedo, qui a provoqué une scission et l'élection de deux groupes rivaux de seize députés.

C'était déjà leur présence à la séance d'élection du président de la chambre basse mercredi qui avait retardé toute la journée l'ouverture du vote. Finalement, le comité des litiges électoraux a invalidé les deux scrutins pour la région de Gedo. Un nouveau vote doit donc y être organisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles