Somalie: l’opposition ne reconnaît plus le président après l’expiration de son mandat

·2 min de lecture

En Somalie, l'opposition ne reconnaît plus la légitimité du président Mohamed Abdullahi Mohamed, dit « Farmajo ». Son mandat a officiellement expiré et l'élection présidentielle pour lui choisir un successeur n'a pas pu être organisée. Des pourparlers de dernière minute entre la présidence et les Etats fédérés n'ont rien donné, plongeant le pays, déjà durement frappé par la désorganisation de l'État et le terrorisme, dans l'incertitude.

Ces pourparlers ont eu lieu à Dhumasareb, à 400 kilomètres de la capitale, Mogadiscio, de mercredi à samedi. Les dirigeants des cinq États de la fédération somalienne avaient accepté l'invitation du président Farmajo à ces discussions de la dernière chance.

Les acteurs politiques somaliens sont en désaccord sur le mode de scrutin très particulier qui a été choisi pour la présidentielle, mêlant nominations claniques et vote parlementaire. Rien à ce jour n'est parvenu à rapprocher les points de vue.

Les opposants au président sortant l'accusent d'avoir manipulé les commissions électorales laborieusement mises en place d'un commun accord en septembre dernier et de chercher à ruser pour se maintenir au pouvoir.

Alors depuis la nuit dernière, les principaux candidats de l'opposition à la présidentielle ne reconnaissent plus la légitimité du président. Ils demandent la mise en place d'une autorité de transition et affirment que les forces de sécurité ne doivent plus obéir, dorénavant, au président sortant.

L'envoyé spécial de l'ONU en Somalie James Swan a toutefois affirmé la semaine dernière que, selon la Constitution, le président pouvait rester en place jusqu'à l'élection d'un successeur. Avec l'ambassade américaine, la mission de ONU a d'ailleurs appelé, ce lundi 8 février, à la poursuite des pourparlers, disant qu'un consensus était à portée de main.

Des tirs entendus dans la nuit

Il reste que la situation est tendue à Mogadiscio. Des tirs ont été entendus à minuit dans la ville, célébrant la fin officielle du mandat de Farmajo. Aucune réaction n'a été publiée à cette heure du côté de la présidence.