Somalie: vers un départ du représentant spécial de l’UA

·1 min de lecture

Le représentant spécial de la Commission de l'Union africaine en Somalie, le diplomate mozambicain Francisco Madeira, serait sur le départ. Désavoué par le Premier ministre mais soutenu, au contraire, par le président somalien et le président de la Commission de l'Union africaine (UA), il fait désormais l'objet de révélations de la presse, réduisant encore les chances de son maintien en poste.

Francisco Madeira s'est refusé à toute déclaration publique depuis que le Premier ministre somalien Mohamed Hussein Roble l'a déclaré persona non grata, le 7 avril dernier. Toutefois, selon une source proche de ce dernier, les privilèges diplomatiques du chef de la mission locale de l'UA ont d'ores et déjà été révoqués, y compris son accès VIP à l'aéroport de Mogadiscio et son permis de travail. En mission à l'étranger, Francisco Madeira n'est d'ailleurs pas rentré en Somalie après son désaveu.

Du reste, selon des sources diplomatiques citées par l'hebdomadaire The East African, il serait « irréaliste » qu'il reprenne son poste. Madeira serait actuellement incité à démissionner, pour ne pas rester sur l'impression qu'il a été limogé.

Il faut dire que pour lui les avanies s'accumulent. En 2020, dit The East African, une enquête interne de l'UA avait déjà découvert des cas de corruption, de mauvaise gestion, de harcèlement moral et d'ingérence politique au sein de sa mission.

Par ailleurs, un mémo rédigé par son adjointe récemment nommée, la Sud-Africaine Fiona Lortan, a fuité cette semaine et révélé une « rupture complète des relations » entre elle et le chef des Affaires politiques de la mission, un proche de Madeira.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles