Les solutions radicales des entreprises américaines pour accélérer la vaccination de leurs salariés

·1 min de lecture

Voici de quoi inciter les salariés à se faire vacciner : prime allant jusqu'à 500 dollars, transport remboursé, dédommagement en heures payées... Certains patrons américains, désireux de retrouver une activité normale, emploient les grands moyens pour encourager leurs salariés à se faire vacciner contre le Covid-19.

Des secteurs à fort besoin de main-d’œuvre comme les supermarchés, les abattoirs ou les exploitations agricoles, ont pris les devants. La société californienne Bolthouse Farms, qui vend des carottes, des smoothies et des jus, organise ainsi toutes les semaines des sessions d'immunisation sur son principal site et verse 500 dollars à tous les employés à temps plein acceptant la piqûre.

Aux États-Unis, les entreprises peuvent en effet organiser elles-mêmes des centres de vaccination si elles s'engagent à les faire fonctionner sur les heures de travail, gratuitement et pour tous les travailleurs, salariés comme sous-traitants.

Le géant de la viande JBS propose 100 dollars aux employés vaccinés et a distribué des documents en plusieurs langues pour insister sur la sécurité et l'efficacité de l'immunisation. Mi-mars, environ un tiers de ses 60.000 salariés avaient reçu une première dose.

Plusieurs grandes chaînes de supermarchés dédommagent leurs employés de deux ou quatre heures payées. Cela "élimine le besoin de choisir entre gagner sa vie et protéger sa santé", avait souligné le responsable des magasins bon marché Aldi aux États-Unis en janvier. Au besoin, la chaîne Target (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

À Metz, des habitants dénoncent une arnaque à la “taxe Covid”
Le Brésil veut lancer son vaccin Covid-19, ButanVac, après "d'excellents résultats des tests pré-cliniques"
Olivier Véran donne le coup d’envoi à l’expérimentation de cannabis médical
Le canal de Suez paralysé, la Russie vante les avantages de l’Arctique !
Ouïghours : la Chine sanctionne le Royaume-Uni, qui dénonce "les atteintes grossières" aux droits de l'Homme