La solution de l'énigme de l'allumage des quasars aurait été trouvée

Laurent Sacco, Journaliste
·2 min de lecture

Découverts au début des années 1960 initialement sous forme de quasi-stellar radio sources, les quasars — selon la dénomination proposée en 1964 par l'astrophysicien d'origine chinoise Hong-Yee Chiu — sont des exemples de ce que l’on appelle des noyaux actifs de galaxies (Active Galactic Nuclei ou AGN, en anglais). Nous avons toutes les raisons de penser que leur prodigieuse énergie provient de l’accrétion de la matière par des trous noirs supermassifs de Kerr en rotation, pouvant contenir des milliards de masses solaires comme M87* récemment imagé par les membres de la collaboration Event Horizon Telescope.

Les quasars se présentaient initialement comme des sources radio mais, quand Maarten Schmidt, un astronome néerlandais, a fait l'analyse spectrale de la contrepartie dans le visible d'une source radio puissante nommée 3C 273, elle se présentait comme une étoile mais avec un décalage spectrale vers le rouge indiquant qu’elle se trouvait à plus de 2,4 milliards d’années-lumière de la Voie lactée, ce qui veut dire que, pour être observable à une telle distance proprement cosmologique, elle devait être d’une luminosité absolument prodigieuse, équivalente à celle de 1.000 fois les centaines de milliards d’étoiles de notre Voie lactée.


Dans cet extrait de la plateforme TV-Web-cinéma, Du Big Bang au Vivant, qui couvre des découvertes dans le domaine de l'astrophysique et de la cosmologie, Jean-Pierre Luminet nous parle des quasars. © Jean-Pierre Luminet

Des convertisseurs géants d'énergie gravitationnelle en « lumières »

Un tel torrent d’énergie ne pouvait s’expliquer qu’en faisant intervenir le processus d'accrétion gravitationnelle par un astre massif et compact, comme un trou noir justement, car il libère alors du rayonnement électromagnétique sous diverses formes de lumière par conversion de l'énergie potentielle gravitationnelle bien plus efficacement que les réactions thermonucléaires faisant briller les étoiles. On sait, en effet, qu'un tel mécanisme permet de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura