Solidarité : une association met en relation des étudiants anglais avec des seniors français isolés

Chaque lundi matin, Jacqueline Tolu retrouve Elliot Bellman, son correspondant anglais, avec qui elle discute pendant une demi-heure sur Skype. Lui habite au sud de l’Angleterre, Jacqueline en région parisienne, à la résidence des Bords de Marne à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne). Une association les a mis en relation : l’étudiant voulait travailler son français en toute décontraction, et l’ancienne secrétaire, en maison de retraite, voulait retrouver un peu de compagnie, tout en faisant travailler sa mémoire. "Avec un enseignant, on nous arrête pendant la discussion pour corriger la grammaire, la syntaxe, mais avec elle, on peut continuer à parler", se réjouit l’étudiant. Des amitiés qui se créent Ce rendez-vous est très attendu par Jacqueline, qui n’a plus de famille, ne reçoit pas de visite et pour qui les activités sont réduites à cause de la crise sanitaire. L’association franco-britannique Share Ami lutte contre l’isolement des personnes âgées. De nombreux bénévoles britanniques y trouvent aussi leur compte. 80 duos ont ainsi été créés, avec une réussite allant parfois au-delà des espérances. Entre Amy et Claire Biet, une autre retraitée, "il y a un lien énorme qui s’est créé, et on voit bien que ça ne va pas s’arrêter", explique l’animatrice de la résidence des Bords de Marne, Christal Perthuis.