Solidarité : sans-abri, les oubliés du couvre-feu

Deux à trois soirs par semaine, Anne-Sophie et Clément, bénévoles à la protection civile, sillonnent les rues du centre de la capitale. Trois heures de maraude à la recherche de sans-abri pour qui le couvre-feu a créé un isolement supplémentaire. Les bénévoles échangent quelques mots avec les sans-abri et leur offrent des soupes. Mais depuis la pandémie, ils surveillent surtout l’état de santé de ces personnes vulnérables. Surveiller l'état de santé des sans-abri Michael est à la rue depuis quatre ans. Pour lui comme pour d'autres, se protéger du virus n’est pas une priorité, même s’il porte un masque. L’équipe de bénévoles fait preuve d'une grande vigilance. Un homme seul les inquiète. Emmitouflé dans un sac de couchage, il semble très affaibli. Avant de reprendre leur maraude, les bénévoles alertent le 115. Le Samu social décidera d’une éventuelle hospitalisation.