"Le soleil noir du paroxysme" : un livre pour comprendre le nazisme et les violences de guerre

·1 min de lecture

Dans un livre éblouissant d’inventivité, l’historien Christian Ingrao renouvelle l’approche du nazisme et des violences de guerre. Il ouvre de nouvelles perspectives pour l’histoire du temps présent.

Marianne : Votre dernier livre, Le soleil noir du paroxysme se présente à la fois comme le bilan de votre travail sur le nazisme et la violence de guerre et comme une sorte de programme de recherches. Pourquoi avez-vous éprouvé le besoin de faire le point ?Christian Ingrao : J’étais arrivé à la fin d’un cycle rédactionnel, documentaire et épistémologique. C’est ce dernier aspect qui m’a poussé à entreprendre la rédaction de ce livre. Pour mon habilitation à diriger les recherches, j’ai dû recenser les inquiétudes, les frustrations, le sentiment d’incomplétude suscité par certains points précis de ma démarche.Quel genre d’inquiétude, par exemple ?Mon travail sur les intellectuels SS m’avait confronté à une incapacité de la sociographie des élites, telle qu’elle se pratiquait sur le nazisme, à rendre compte de l’effet exercé par le dogme nazi sur les représentations de ces hommes. Si les travaux d’histoire culturelle que je mobilisais pour saisir ces dernières étaient d’une grande efficacité, ils échouaient à saisir les questions de réseaux et les extractions sociales. Dans Les Chasseurs noirs (2006), il était impossible de saisir simultanément les politiques publiques meurtrières et prédatrices et l’expérience paroxystique de violence qui se lovait derrière...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République