Sous le soleil marocain, les futurs prédicateurs français se forment à l'islam du juste milieu

Joan Longuépée
Sous le soleil marocain, les futurs prédicateurs français se forment à l'islam du juste milieu

En mars 2015, le roi Mohammed VI inaugurait à Rabat la capitale marocaine l'Institut de formation des imams. Cette formation des imams, marocains d'abord puis étrangers, fait partie des mesures prises au Maroc après les attentats jihadistes de Casablanca, qui firent une quarantaine de morts le 16 mai 2003. Aujourd'hui, presque 1 200 étudiants suivent cette formation dans la tradition de l'islam dit "du juste milieu", ouvert et tolérant.

Trois ans de formation

En plus des imams marocains, y sont accueillis des étudiants et étudiantes (les femmes peuvent devenir mourchidates et donc enseigner l’islam) venus d'Afrique (Mali, Sénégal, Côte d'Ivoire, Guinée…), mais aussi de France. Ainsi, une cinquantaine de Français y suivent une formation de trois ans. Franceinfo les a rencontrés.


À l’heure de la pause-café, un joyeux brouhaha couvre le clapotis des fontaines. Les étudiants sortent dans les patios carrelés de mosaïques traditionnelles. Parmi eux, un couple de jeunes mariés venus d’Avignon. "Je suis venue étudier, apprendre ma religion, afin de l’enseigner", glisse doucement Myriam, 21 ans. "Il n’y a pas plusieurs islam. Les autres, c’est l’islam de l’égarement", explique Oussama, son mari, qui veut lui aussi transmettre sa religion, loin des dérives radicales."

Le terrorisme part d’une "mauvaise compréhension"

"L'islam du juste milieu enseigné ici, c’est l’islam, répète Abdesselam Lazaar, le directeur de l’institut. On apprend les sciences islamiques et les sciences humaines pour que l’imam soit capable de transmettre une compréhension correcte de l’islam. Le terrorisme part d’une mauvaise compréhension de l’islam…"

Dans cette classe, une douzaine de Français sur les cinquante accueillis gratuitement à Rabat. Ismaël, étudiant en droit à Roubaix, vient y chercher un enseignement de référence. "Il existe des endroits où l’on peut étudier la religion mais ils sont trop peu nombreux, ce qui (...) Lire la suite sur Francetv info

Un imam de la mosquée de Torcy, également prof de maths, suspendu par l'Education nationale
Les Chrétiens se pressent au confessionnal avant Pâques
Une exposition au musée de l'Homme lutte contre les préjugés racistes
L'islamologue controversé Hani Ramadan a été expulsé de France vers la Suisse
Le premier temple mormon de France métropolitaine ouvre ses portes