Le Soleil a débuté son 25e cycle d'activité, annonce la Nasa : qu'est-ce que cela signifie ?

·2 min de lecture

La Nasa a annoncé que le Soleil avait débuté son 25e cycle d’activité de onze ans, après un minimum d’activité atteint en décembre 2019. Rappelons que l'activité du Soleil croît et décroît tous les 11 ans. Pour mesurer l’intensité et le niveau d’activité du Soleil, les scientifiques utilisent les taches sombres qui se forment à la surface de notre étoile. Tout comme le nombre de cratères d’impacts sert à dater les objets du Système solaire (à l’exception de la Terre), le nombre de ces taches est un indicateur on ne peut plus fiable. En d’autres termes, quand le nombre de taches à la surface de l'astre est élevé, cela signifie que l'activité solaire est élevée. Et inversement, un faible nombre de taches traduit une faible activité solaire.

Les scientifiques de la Nasa et la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), réunis dans le Space Weather Prediction Center de la NOAA, s’attendent à ce que l’activité du Soleil augmente crescendo pour atteindre un pic d’activité prévu en juillet 2025. Mais, soulignent-ils, ce nouveau cycle solaire s'annonce au moins aussi faible que le cycle 24, voire plus faible. Forcément, la machine climatique terrestre, dont le moteur est le Soleil, sera impactée d’une manière ou d’une autre mais sans qu’on soit capable de quantifier et localiser précisément cet impact sur les variables climatiques.

Le 25e cycle solaire devrait culminer en 2025 à des niveaux similaires au cycle 24. © NOAA
Le 25e cycle solaire devrait culminer en 2025 à des niveaux similaires au cycle 24. © NOAA

Une prévision du cycle solaire de plus en plus pertinente 

Bien que situé à près de 150 millions de kilomètres de la Terre, l’intérêt de surveiller le Soleil est aussi nécessaire que de savoir quel temps il fera demain sur Terre. Cela dit, la mesure de cette activité n’est pas une tâche aussi facile qu’elle ne semble. Car si tout le monde sait compter des taches, le comportement de notre étoile est plus erratique qu’il y paraît de sorte que les prédictions d’activité sont tout de même assez dures à réaliser. C'est pourquoi la Nasa et l'ESA sont...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura